Consultations ciblées pour divers groupes d'intérêt

Suivre :

  • RSS
  • Citer
Soumis par
Katie Clancy
Étiquettes
Votes :55

Le gouvernement ouvert englobe les concepts d’inclusion, de transparence et de reddition de comptes. Je suis très heureuse qu’ils soient tous regroupés.  Cependant, certains groupes qui seront plus difficiles à mobiliser devraient toutefois faire partie de la conversation. Les consultations devraient donc être ciblées pour recueillir de la rétroaction.

                                                                                                                                    

Prenons l’exemple de la jeunesse : d’innombrables études démontrent que la « génération Y » est préoccupée et qu’elle est disposée à se mobiliser dans le cadre de dialogues ouverts. Elle pourrait par ailleurs représenter un facteur d’innovation sociale. Toutefois, ces jeunes ne votent pas. Mais d’où provient cet écart entre la mobilisation des citoyens et la mobilisation en ligne? Les jeunes ont‑ils des besoins ou des intérêts collectifs spécifiques qui doivent être analysés? Il semble que le gouvernement ouvert représente un moyen naturel pour canaliser la mobilisation accrue des jeunes dans les obligations de la collectivité.

À mon avis, les initiatives devraient être réduites afin de cibler des groupes qui se sentent actuellement coincés par des obstacles accrus au chapitre de la participation afin d’élargir le dialogue sur un gouvernement ouvert INCLUSIF. À l’heure actuelle, je constate que le dialogue se veut plus relevé et intéressé – ce qui est formidable – mais ça ne signifie pas qu’à l’avenir, nous pourrions éviter certains obstacles structurels importants à l’ouverture, ce qui pourrait aggraver l’iniquité de l’« ouverture ». Par exemple, abordons la question des groupes autochtones, des immigrants, des personnes vivant dans la pauvreté et qui n’ont pas nécessairement accès à l’infrastructure en ligne. Puis, regroupons leurs commentaires dans ce site de manière à alimenter le grand dialogue.

Comment procéder?

Jeunesse : Vous pourriez créer un site Web moins exhaustif mais plus attrayant, qui rehausserait l’intérêt des jeunes, et tenter de cibler des groupes précis (des étudiants du secondaire et des universitaires, peut‑être?). Il conviendrait peut‑être de poser des questions différentes – et non pas simplement leur demander à quoi devrait ressembler le gouvernement ouvert, mais ce à quoi devrait ressembler un gouvernement au sein duquel ils voudraient se mobiliser. Cette démarche pourrait quelque peu brouiller les lignes, mais le résultat final pourrait vraiment éclairer le débat sur l’ouverture.

Groupes autochtones canadiens : Consulter spécifiquement des dirigeants et des groupes. Ils sont puissants (voir : « Idle is no more »); et il convient d’être à l’écoute pour veiller à ce qu’ils aient la possibilité de participer au dialogue sur le gouvernement ouvert, sur leurs besoins et leurs aspirations, et traiter des obstacles à la participation.

D’autres groupes précis pourraient comprendre les immigrants et(ou) des groupes de la diaspora (Comme l’a déclaré le ministre Kenney – certains des plus grands utilisateurs des sites Web du Canada) et les aînés. Je crois que les consultations se poursuivent déjà avec les représentants de l’industrie et de la société civile.

Il s’agit d’une étape vraiment importante du maintien d’un esprit d’ouverture. Le concept d’ouverture est brillant car l’ouverture vise tous et chacun. Mais comme il est difficile d’être ouvert à tous, ciblons‑en les limitations et espérons que l’ouverture soit appliquée à tous les niveaux du plan d’action du Canada. Puis, établissons *ensemble* des solutions ouvertes brillantes (par l’entremise de l’externalisation ouverte ou d’initiatives stratégiques) afin de régler les problèmes.

Veuillez saisir des mots‑clés d’emploi courant, des phrases ou des termes officiels servant à exprimer votre idée.

Le gouvernement ouvert englobe les concepts d’inclusion, de transparence et de reddition de comptes. Je suis très heureuse qu’ils soient tous regroupés.  Cependant, certains groupes qui seront plus difficiles à mobiliser devraient toutefois faire partie de la conversation. Les consultations devraient donc être ciblées pour recueillir de la rétroaction.

                                                                                                                                    

Prenons l’exemple de la jeunesse : d’innombrables études démontrent que la « génération Y » est préoccupée et qu’elle est disposée à se mobiliser dans le cadre de dialogues ouverts. Elle pourrait par ailleurs représenter un facteur d’innovation sociale. Toutefois, ces jeunes ne votent pas. Mais d’où provient cet écart entre la mobilisation des citoyens et la mobilisation en ligne? Les jeunes ont‑ils des besoins ou des intérêts collectifs spécifiques qui doivent être analysés? Il semble que le gouvernement ouvert représente un moyen naturel pour canaliser la mobilisation accrue des jeunes dans les obligations de la collectivité.

À mon avis, les initiatives devraient être réduites afin de cibler des groupes qui se sentent actuellement coincés par des obstacles accrus au chapitre de la participation afin d’élargir le dialogue sur un gouvernement ouvert INCLUSIF. À l’heure actuelle, je constate que le dialogue se veut plus relevé et intéressé – ce qui est formidable – mais ça ne signifie pas qu’à l’avenir, nous pourrions éviter certains obstacles structurels importants à l’ouverture, ce qui pourrait aggraver l’iniquité de l’« ouverture ». Par exemple, abordons la question des groupes autochtones, des immigrants, des personnes vivant dans la pauvreté et qui n’ont pas nécessairement accès à l’infrastructure en ligne. Puis, regroupons leurs commentaires dans ce site de manière à alimenter le grand dialogue.

Comment procéder?

Jeunesse : Vous pourriez créer un site Web moins exhaustif mais plus attrayant, qui rehausserait l’intérêt des jeunes, et tenter de cibler des groupes précis (des étudiants du secondaire et des universitaires, peut‑être?). Il conviendrait peut‑être de poser des questions différentes – et non pas simplement leur demander à quoi devrait ressembler le gouvernement ouvert, mais ce à quoi devrait ressembler un gouvernement au sein duquel ils souhaitent se mobiliser. Cette démarche pourrait brouiller les cartes, toutefois le résultat final pourrait enrichir le débat sur l’ouverture.

Groupes autochtones canadiens : Consulter spécifiquement des dirigeants et des groupes. Ils sont puissants (voir : « Idle is no more »); et il convient d’être à l’écoute pour veiller à ce qu’ils aient la possibilité de participer au dialogue sur le gouvernement ouvert, sur leurs besoins et leurs aspirations, et traiter des obstacles à la participation.

D’autres groupes précis pourraient comprendre les immigrants et(ou) des groupes de la diaspora (Comme l’a déclaré le ministre Kenney – certains des plus grands utilisateurs des sites Web du Canada) et les aînés. Je crois que les consultations se poursuivent déjà avec les représentants de l’industrie et de la société civile.

Il s’agit d’une étape vraiment importante pour le maintien d’un esprit d’ouverture. Le concept d’ouverture est brillant car l’ouverture vise tous et chacun. Mais comme il est difficile d’être ouvert à tous, ciblons‑en les limitations et espérons que l’ouverture soit appliquée à tous les niveaux du plan d’action du Canada. Puis, établissons *ensemble* des solutions ouvertes (par l’entremise de l’externalisation ouverte ou d’initiatives stratégiques) afin de régler les problèmes.

Ajouter un commentaire

Règles de participation

Nous avons hâte de recevoir vos commentaires. Vos idées et vos commentaires sont essentiels au développement du portail du gouvernement ouvert et de l’approche du gouvernement du Canada en matière de gouvernement ouvert.

Même si les commentaires sont modérés, le portail ne censurera aucun commentaire sauf dans les quelques cas précis énoncés ci-dessous. Les comptes des personnes qui ne respectent pas ces règles pourraient être désactivés de façon temporaire ou permanente.

Commentaires et interaction

Notre équipe lira les commentaires et participera aux discussions lorsque ce sera approprié. Vos commentaires et contributions doivent être pertinents et respectueux.

Notre équipe ne s’engagera pas dans les questions partisanes ou politiques et ne répondra pas aux questions qui enfreignent ces modalités.

Notre équipe se réserve le droit de supprimer des commentaires et des contributions, et de bloquer des utilisateurs en fonction des critères ci-dessous :

Les commentaires ou les contributions seront supprimés s'ils :

  • contiennent des renseignements personnels, ou des renseignements protégés ou classifiés du gouvernement du Canada, ou portent atteinte à la propriété intellectuelle ou à un droit de propriété;
  • ne respectent pas les principes de la Charte canadienne des droits et libertés, Loi constitutionnelle de 1982;
  • communiquent des messages racistes, haineux, sexistes, homophobes ou diffamatoires, ou contiennent du matériel obscène ou pornographique ou y font allusion;
  • sont menaçants, violents, intimidants ou harcelants;
  • ne respectent pas les lois fédérales, provinciales ou territoriales du Canada;
  • constituent de l'usurpation d'identité, de la publicité ou un pourriel;
  • encouragent ou incitent toute activité illégale ou criminelle;
  • sont rédigés dans une autre langue que le français ou l'anglais;
  • constituent une violation de cet avis de quelque autre manière que ce soit.

Notre équipe ne peut s’engager à répondre à chaque message ou commentaire qui est publié, mais nous participerons aux conversations lorsque cela est possible. Veuillez prendre note que les réponses seront fournies dans la langue d’origine du commentaire.

Notre équipe répondra aux commentaires dans la langue officielle dans laquelle ils sont affichés. Il se peut que nous répondions dans les deux langues officielles lorsque nous estimons que la réponse présente de l'intérêt pour le grand public.

Date de modification :