Logiciels libres et normes ouvertes au gouvernement du Canada

Suivre :

01 novembre 2017

La semaine passée a eu lieu une discussion sur les logiciels libres et normes ouvertes dans l’administration publique à l’École de la fonction publique du Canada. L’événement a attiré environ 55 personnes sur place et plus de 450 participants en ligne, on estime qu’environ 100 de ces participants venaient du public. Le dirigeant principal de la technologie du gouvernement du Canada (GC) a clairement indiqué que le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) n’est pas contre l’utilisation de logiciels libres, ainsi que de normes ouvertes. Il y a même une volonté d’en augmenter l’adoption et de promouvoir une culture d’ouverture au GC.

L’intérêt pour les logiciels libres au GC remonte au début des années 2000, ce qui correspond au moment où le mouvement « open source » [source libre] a pris de l’ampleur avec l’apparition de Mozilla, OpenOffice et les investissements dans le développement de Linux. Plusieurs entreprises comme Google et Facebook utilisaient (et continuent d’utiliser) massivement les logiciels libres pour opérer. C’est aussi à ce moment que le Brésil et des pays européens ont mis en place les premières lignes directrices et politiques sur les logiciels libres. Une tendance qui a continué avec, entre autres, l’adoption de normes ouvertes par le Royaume-Uni dans les dernières années.

Position en matière de logiciels libres

En 2004, sur le site du SCT, on pouvait trouver la position en matière de logiciels libres (maintenant archivée). La position était basée sur le Programme d’architecture fédérée (PAF) dont quatre principes sont applicables aux logiciels libres : la réduction de la complexité de l’intégration; la sécurité et la confidentialité; l’utilisation de normes et de technologies éprouvées, et le coût total de possession. Mais le PAF ne mandatait pas l’adoption ni même l’évaluation de solutions basées sur des logiciels libres. À ce jour, il n’y a pas de lignes directrices au GC sur l’utilisation et la publication de logiciels libres.

Communauté des logiciels libres au GC

Quand j’ai commencé à travailler au GC en 2012, j’ai découvert une communauté d’employés qui faisaient la promotion de l’utilisation de logiciels libres dans leurs ministères respectifs. Avec l’aide des OutilsGC comme GCpédia et GCconnex, qui en plus sont basés sur des logiciels libres, nous avons créé beaucoup de documentations et d’initiatives afin de promouvoir la publication de code source sous licence libre et l’utilisation de logiciels libres.

En 2015-2016, le Comité consultatif sur la cadre d'architecture a organisé deux consultations (voir le sommaire de la consultation #1 et le sommaire de la consultation #2) pour discuter, entre autres, de la position provisoire de Services partagés Canada (SPC) sur les logiciels libres.

De nombreux exemples d’utilisation existent, que ce soit pour des serveurs, des bases de données, des outils de développement, des sites Internet/Intranet, des applications Web ou même des postes de travail. Par exemple, l’infrastructure informatique des prévisions météorologiques fonctionne principalement à l’aide de logiciels libres. Il existe aussi plusieurs projets de logiciels qui ont été publiés sous licence libre. On pense à la Boite à outils de l’expérience Web (BOEW) développée par le SCT pour les sites Web du GC. Il y a aussi le Modèle de l'Environnement et de la Température de la Route (METRo), un logiciel de prévision de la température de la route développé par Environnement et Changement climatique Canada. On peut également nommer le projet Apogy de l’Agence spatiale canadienne pour faire fonctionner des robots et des satellites. Très récemment, le Centre de la sécurité des télécommunications a rendu disponible sous licence libre le projet AssemblyLine, qui permet de détecter et d’analyser les fichiers malveillants dès leur réception.

Livre blanc

Nous avons récemment mis en ligne (sur GitHub) l’ébauche du livre blanc « Ouvert en premier » dont l’objectif est d’inspirer le nouveau Conseil d’examen de l’architecture intégrée (CEAI) dans l’établissement de standards à l’égard des normes ouvertes et des logiciels libres. Ces standards influenceraient l’approvisionnement, ainsi que l’élaboration d’une stratégie sur le numérique, de manière à favoriser l’adoption de normes ouvertes et l’utilisation de logiciels libres. Si vous avez quelque chose à ajouter, nous vous encourageons à nous faire part de vos idées, de votre expertise et de vos références en participant à la conversation sur GitHub.


Sébastien Lemay est programmeur analyste et développeur d’applications Web pour Patrimoine canadien. Il est présentement en affectation au Secrétariat du Conseil du Trésor en tant qu’agent de mobilisation de la communauté des logiciels libres dans l’équipe de la collaboration numérique (OutilsGC). C’est un passionné de technologie et de logiciels libres et il est impliqué dans la mise en place de stratégies pour augmenter l’adoption de logiciels libres et de normes ouverte par le gouvernement du Canada.

Commentaires de blogs

Robin Galipeau - 21 décembre 2017

Great to keep seeing traction on Open Source, and seeing my country start catching up on Open Source initiatives. Now, we need to start leading and investing and support Open Source communities.

Carol Lever - 18 décembre 2017

Open source government can also include a complete interactive news feed with live meetings in all departments, to engage political science students, and legal beagles. Why not develop more municipal council meetings, on line in real time, especially for public consultations that can occur simultaneously, through commentary feedback? This will eliminate the duplicate need to personally attend town hall meetings, on line polling and more, with less bias based upon based on the questions asked. We could also include, on line surveys, for various departments to solicit feedback on proposals of public interest. Staff can also meet online of course using Skype to chat, in groups. Open government is really going to evolve.

Michel B. Gauthier, Val-des-Monts, QC - 25 novembre 2017

Bravo Sébastien pour cette initiative! Il est grand temps que notre gouvernement adopte un virage le plus ouvert possible afin d'éviter d'être dépendant des structures et systèmes fermées. Le gouvernement ne peut pas se permettre de laisser aller nos propres experts et de se retrouver à la merci des ses fournisseurs. Avec des systèmes ouverts et nos propres experts on a la possibilité de trouver des solutions à l'interne et régler nos problèmes facilement. Je ne suis pas un expert ni un technicien, simplement un fan de Linux et de logiciels ouverts depuis 12 ans et j'en suis très heureux. J'aide plusieurs gens de l'âge d'or à faire le transfert vers les systèmes ouverts sur leurs ordis personnels et ils en sont très satisfaits. Les plus faciles à initier sont ceux qui n'ont jamais utilisé d'ordinateurs auparavant. Évidement comme dans n'importe quoi on doit bien informer les gens pour qu'ils s'adaptent bien. Merci encore pour ton dévouement à la cause!

thornley - 06 novembre 2017

Congratulations on enabling the public to view the Webcast. This type of transparency builds trust. Is there a URL where we can view a recording of the Webcast if we missed it live?

Sean Boots - 03 novembre 2017

Really fantastic to see this - hopefully the beginning of more and more efforts to bring open source software and ways of working into the Government of Canada! Nice work Sébastien and everyone who is helping to make this happen!

Ajouter un commentaire