Présentation du D9 et de son secrétariat

Suivre :

20 décembre 2018

Vous avez peut-être entendu parler du D5, du D7 ou du D9, mais vous vous rendez compte que vous ne savez pas de quoi il s’agit au juste ou pourquoi l’appellation change constamment. Même une recherche rapide dans Google ne donne pas de réponse satisfaisante. Est-ce un char militaire? Un groupe de pays européens? Une prise de catch en vogue dans les années 1990? En l’occurrence, aucune de ces réponses.

Le D9 (Digital 9 – groupe numérique 9) est un réseau qui regroupe les nations chefs de file du numérique dans le monde. De notre côté, nous nous efforçons d’améliorer notre présence en ligne. Le Canada, l’Estonie, Israël, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Portugal, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et l’Uruguay travaillent ensemble à des projets communs, mettent tout en œuvre pour faire valoir les économies numériques en pleine croissance et déterminent comment les gouvernements numériques peuvent offrir le plus d’avantages aux citoyens.

 

Cette image démontre les pays qui composent les D5, D7 et maintenant D9, en utilisant des images de leurs drapeaux. Les drapeaux représentants le D5 sont le Royaume-Uni, l’Estonie, l’Israël, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud. Le D7 ajoute deux drapeaux, soit le Canada et l’Uruguay. La D9 ajoute deux autres drapeaux, soit le Portugal et le Mexique.

 

 

Groupe éclectique s’il en est, le D9 incarne le minilatéralisme, une forme de mobilisation internationale de plus en plus répandue, fondée sur la coopération d’un groupe restreint d’États sur des thèmes particuliers ayant une incidence mondiale. L’adhésion est motivée par l’objectif collectif de tirer parti de la puissance de la technologie numérique au sein du gouvernement plutôt que de la taille de l’économie ou de la population.

Les membres du D9 prêchent par l’exemple en créant et en partageant des pratiques exemplaires. Ainsi, Israël a réutilisé le code Gov.uk du Royaume-Uni et le Mexique a mis à l’essai l’outil canadien d’évaluation des incidences algorithmiques. Nous organisons des sommets annuels pour tenir des pourparlers ministériels, des ateliers spécialisés et des séances d’information sur des thèmes comme l’intelligence artificielle, les droits numériques et l’innovation.

L’avenir du D9

La valeur du groupe réside dans la possibilité de faire des choses ensemble. Dans cet esprit et en vue d’assurer un progrès soutenu, nous avons établi un secrétariat qui travaille au nom des neuf nations et le Canada offre gracieusement d’être le premier hôte.

Le moment est venu de me présenter – je suis Jordan Storozuk, le secrétariat du D9! Au grand plaisir et au soulagement des membres surchargés de travail, j’ai assumé ce rôle lors du 5e Sommet ministériel en Israël, en novembre 2018. J’espère que mes expériences antérieures – professionnelles et universitaires, politiques et non partisanes, canadiennes et internationales – me seront utiles dans ce nouveau rôle exigeant.

En restant neutre tout en assurant le bon fonctionnement du secrétariat, j’ai servi le groupe de cette année en établissant l’ordre du jour et en veillant à ce que les décisions soient mises en œuvre. Les membres ont fait part de leurs idées, de leurs points de vue et de leurs conseils sur le nouveau rôle qu’ils sont appelés à jouer dans les réunions bilatérales, les messages WhatsApp et les exposés sur scène.

J’ai été ravie de voir des personnes aussi motivées, intelligentes et ambitieuses travailler sans relâche pour préparer leurs gouvernements et leurs citoyens au tsunami de changements numériques qui s’annonce. Les idées, les projets et les politiques adoptés par les pays du D9, que ce soit à Tallinn, à Montevideo ou à Séoul, sont véritablement de calibre mondial. Je suis convaincue de l’immense potentiel de ce groupe minilatéral.

Le rôle permanent qui sera le mien au secrétariat consistera à participer à des conférences téléphoniques au milieu de la nuit, à composer avec un horaire de déplacements chargé et à me demander parfois dans quoi je me suis embarquée. Bien que j’assume seule la responsabilité du secrétariat, je suis prête à faire ce qu’il faut pour aider les pays membres du D9 à réaliser leur potentiel commun en tant que chefs de file internationaux de la gouvernance numérique. C’est dans ma description de poste!

Basée à Ottawa, Jordan Storozuk est à elle seule le secrétariat du D9 (Digital 9), groupe de gouvernements chefs de file du numérique. Suivez-la sur Twitter ou communiquez avec elle par courriel.


Jordan Storozuk

Jordan Storozuk

Jordan détient une maîtrise en affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa. Elle a occupé divers postes au sein de la fonction publique du Canada qui lui ont permis d’approfondir sa compréhension des politiques efficaces et du rôle du gouvernement dans la conduite du changement numérique. L’expérience non partisane acquise par Jordan sur la Colline du Parlement a suscité un intérêt dans la gouvernance, les politiques et les relations internationales du Canada et d’autres pays. Elle a participé à plusieurs échanges et délégations dans diverses capitales étrangères pour le compte des Jeunes diplomates du Canada et dans le cadre du Programme de stage parlementaire, nouant des liens et échangeant des points de vue avec des représentants, des dirigeants et des dignitaires. Jordan mettra à contribution son expérience antérieure pour appuyer et promouvoir le D9 en tant que Secrétariat.

Commentaires de blogs

Bev matthews - 21 décembre 2018

As grandmother to this wonderful granddaughter with unbelievable interpersonal skills and smarts, I know Jordan is the whole package And will deliver results in the new role..congratulations Jordan..

Ajouter un commentaire