Notre fondation numérique est renforcée

Suivre :

04 décembre 2018

En nous appuyant sur les réalisations numériques du gouvernement du Canada annoncées par le ministre Brison le 7 novembre dernier, et pour appuyer nos engagements dans le cadre du 4e Plan pour un gouvernement ouvert, nous atteignons des objectifs supplémentaires dans l’ensemble du gouvernement en vue de fournir de meilleurs services numériques. Le renforcement de la fondation sur laquelle ces services sont fondés est essentiel à cet effort, en modernisant nos politiques et nos directives afin d’être préparés sur le plan numérique.

La mise à jour des politiques et des directives peut sembler comme étant le genre de nouvelles qui ne pourrait plaire qu’à un mordu des politiques, mais c’est beaucoup plus que cela. Le fait de moderniser nos politiques constitue une étape critique dans l’atteinte des attentes du public en matière de gouvernement numérique, car nous garantissons ainsi que nous pouvons fournir des services fiables, accessibles et uniformes en utilisant les bonnes technologies de la bonne façon. En modernisant les exigences et en renforçant les lignes directrices des ministères, nous pourrons adopter de nouvelles méthodes et de nouveaux outils nécessaires afin d’améliorer la façon dont le gouvernement élabore et offre ses services.

Nous avons fait cela en mettant à jour la Directive sur la gestion de la technologie de l’information (Directive sur la TI), qui fait partie de la Politique du gouvernement du Canada sur la gestion de la technologie de l’information. Les mises à jour actuelles appuient une approche coordonnée et cohérente lors de l’application des solutions de la TI, par l’entremise de deux principaux véhicules : l’architecture intégrée et les interfaces de programmation d’applications (IPA).

Architecture intégrée

L’architecture intégrée représente la coordination des renseignements, des applications, des technologies, de la sécurité et de la protection des renseignements personnels dans le cadre de projets de la TI à l’échelle du gouvernement. Il s’agit d’un mécanisme essentiel pour orienter les ministères et les organismes dans la réalisation des étapes nécessaires pour réaliser leurs stratégies. Les changements que nous apportons appuient davantage la fusion de la technologie et des politiques en favorisant la tenue de conversations plus tôt dans les processus d’acquisition.

Interfaces de programmation d’applications (IPA)

Les interfaces de programmation d’application (IPA) sont les pierres angulaires d’un écosystème numérique moderne. Elles permettent les interactions directement entre les machines, rendant l’échange de renseignements plus efficient et la prestation de services plus simple et rapide. Si vous avez entendu dire que les plus récents appareils intelligents communiquent entre eux, par exemple, eh bien, les IPA rendent cela possible.

Notre Directive est mise à jour afin d’assurer l’uniformité entre les ministères au sein du gouvernement et pour veiller à ce que les IPA obligatoires soient développées pour tous les services. Elle établit les règles sur la façon dont les ministères devraient coordonner leurs efforts numériques à l’avenir, afin qu’on sache à quoi s’attendre lorsqu’on utilise un service numérique gouvernemental.

Avec chaque pas en avant sur le front numérique, les Canadiens profitent d’un gouvernement plus réceptif et de services plus conviviaux. Notre fondation numérique en est renforcée et, avec elle, l’avenir des services numériques au sein du gouvernement.


Alex Benay

Dirigeant principal de l'information, gouvernement du Canada

Alex Benay est le dirigeant principal de l'information du gouvernement du Canada. Avant d'obtenir ce poste, Alex était président et chef de la direction de la Société des musées de sciences et technologies du Canada depuis juillet 2014.

De 2011 à 2014, Alex était vice-président, Affaires gouvernementales et développement des affaires, à OpenText. Il a joué un rôle de chef de file dans l'industrie numérique canadienne et a fait la promotion de la transition vers le numérique à l'échelle mondiale pour divers organismes, dont le G20, le Secrétariat pour les pays du Commonwealth et les Jeux olympiques. Avant son passage à OpenText, Alex a géré bon nombre d'équipes et de programmes à l'Agence canadienne de développement international, à Affaires étrangères et Commerce international Canada ainsi qu'à Ressources naturelles Canada et à Bibliothèque et Archives Canada.

Commentaires de blogs

Gavin Berube - 27 décembre 2018

For some nebulous reasons the Business of Governement; it's Programs, it's Functions, Services, Capabilities and its Processes (what causes all that red tape) is not at the center of what products are available and delivered to Canadians, Businesses, Foreigners and Employees. The business of Governing or co-governing, co-creation in the Government must be front and center driving the other architectures prioritizing those Capabilities that have a direct line of sight to the achievenent of strategic objectives.

Dan Murphy - 05 décembre 2018

What are the specific APIs that I need to use to comply with this directive? And where do I find them?

Gilles Mousseau - 08 décembre 2018

I believe that the intent of this message is not about any specific API, but rather to ensure than any service being offered within or to the Government can be accessed via published APIs that can be consumed by other services (departments, agencies, or external parties).

David Hamill - 05 décembre 2018

Great too see this further traction to better enable business digitizations. API’s are the food to feed the appetite for effective outcomes. Go GC 🇨🇦!!!

Bruno Ouellet, Dir EA, CBSA - 05 décembre 2018

Since IT exists to support business requirement and related business transformation activities, it is important to add business (leading architecture domain) in the definition of Enterprise Architecture.

Steven Bednikoff - 06 décembre 2018

Agreed - I think the same systematic, holistic and rigorous approach should apply to the business domain. Identifying and formalizing business patterns is to me the first and most important step to enterprise effectiveness and efficiency.

Stéphane Parent - 12 décembre 2018

I used to think that business had to be first. The problem is that business is often working on processes without consideration or understanding of emerging and disruptive technology.

Gavin Berube - 03 janvier 2019

True Stephane but still Business must be first, Information and data second. We do have to understand how disruptive technologies can and must be use to support the Business and manage the information and data it consumes, create, transforms and needs access to in order to make better decisions and improve the quality of those decision.

Ajouter un commentaire