Mon point de vue sur la science ouverte

mars 14, 2018

Suivre :

  • RSS
  • Citer

En tant que Conseillère scientifique en chef du Canada, l’un des principaux objectifs de mon mandat est de faire en sorte que le public ait pleinement accès aux travaux scientifiques du gouvernement.

C’est pourquoi j’ai dirigé la première discussion en groupe du gouvernement fédéral sur la science ouverte le 22 janvier 2018. Diffusée sur le Web partout dans le monde, la séance interactive a attiré des centaines de participants en ligne et en studio. Les membres du groupe d’experts venaient du milieu universitaire et du gouvernement, et ils ont fourni des points de vue éclairés sur les avantages et les défis liés à la science ouverte, et ce qui différencie le Canada des autres pays.

Organisateurs et participants à la discussion avec le groupe d’experts sur la science ouverte (de gauche à droite) : Portia Taylor, Mona Nemer, Aled Edwards, Paul Wagner, Donna Kirkwood, Guy Rouleau, Melanie Robert.

Organisateurs et participants à la discussion avec le groupe d’experts sur la science ouverte (de gauche à droite) : Portia Taylor, Mona Nemer, Aled Edwards, Paul Wagner, Donna Kirkwood, Guy Rouleau, Melanie Robert.

Voici 3 conclusions à retenir de notre discussion en groupe.

Une nouvelle façon de faire de la science

La science ouverte ne se limite pas à rendre accessibles des produits scientifiques (données, travaux de recherche, rapports techniques et publications); c’est une façon de penser à la science et de faire de la science. La science ouverte a trait à la transparence, au partage et à la collaboration. Cela signifie que de nouvelles structures, de nouvelles mesures incitatives et de nouveaux paramètres doivent être mis en place pour permettre aux chercheurs de participer et d’évaluer l’efficacité de leur travail.  

Cependant, assurer l’ouverture doit aller de pair avec les considérations prudentes relatives à la sécurité, à la protection de la vie privée et à la propriété intellectuelle; ce qui fonctionne bien pour un domaine de la science pourrait ne pas nécessairement fonctionner pour un autre.

L’inclusion et la pertinence pour optimiser les retombées de la science

La science ouverte devrait être inclusive et pertinente pour générer des retombées optimales. En plus de rendre accessibles les produits scientifiques, elle devrait faire en sorte qu’ils soient faciles à comprendre et à utiliser par les autres. Plutôt que de reproduire les travaux déjà réalisés, les chercheurs pourront tirer parti des connaissances actuelles produites par les spécialistes de la science ouverte.

La science ouverte crée aussi des occasions d’amorcer un dialogue avec les citoyens, et d’abolir le cloisonnement entre les créateurs de connaissances et les utilisateurs de ces connaissances. J’inviterais les professionnels de la science ouverte à étudier comment leurs travaux peuvent améliorer les connaissances scientifiques et faire participer les Canadiens de différents horizons et de toutes les couches de la société.

Le Canada est bien placé pour être un chef de file

Le Canada est en excellente position pour montrer la voie en matière de science ouverte. Notre gouvernement reconnaît l’importance de la science et de la prise de décisions fondées sur des données probantes, et le Canada a depuis longtemps une réputation d’organisateur et de collaborateur sur la scène internationale.

Au cours de la discussion en groupe, nous avons entendu parler de plusieurs initiatives intéressantes menées à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement fédéral qui rendent la science accessible au public. Nous avons maintenant pour tâche de tirer parti des réussites passées, de travailler ensemble à l’établissement d’un modèle ouvert par défaut et de présenter le Canada comme le carrefour de la collaboration internationale et un chef de file mondial dans le domaine de la science ouverte.

Invitation à contribuer à la discussion

Les citoyens sont mieux servis par un gouvernement ouvert, responsable et transparent qui favorise la confiance à l’égard des institutions publiques. J’aimerais encourager tous les Canadiens, particulièrement la collectivité scientifique du Canada, à soumettre leurs idées, leurs préoccupations et leurs expériences pour participer à la discussion, car le gouvernement du Canada s’emploie à élaborer le 4e plan pour un gouvernement ouvert de 2018-2020.


Dr Mona Nemer

Biographie de Mona Nemer

Mona Nemer est la Conseillère scientifique en chef du Canada. Sa tâche principale est de conseiller le premier ministre et la ministre des Sciences en matière scientifique.

Auparavant, Mona Nemer était professeure et vice-rectrice à la recherche à l’Université d’Ottawa. Elle était également directrice du Laboratoire de génétique moléculaire et régénération cardiaque.

Les recherches de Mme Nemer portent sur le cœur, particulièrement sur les mécanismes liés à l’insuffisance cardiaque et les maladies cardiaques congénitales. Elle est l’auteure de plus de 200 articles largement cités qui ont été publiés dans des revues scientifiques prestigieuses. Ses travaux ont contribué à l’élaboration de tests diagnostiques pour la détection de l’insuffisance cardiaque et des causes génétiques liées aux maladies cardiaques congénitales. Elle a formé plus d’une centaine d’étudiants de divers pays.

Mme Nemer a siégé au sein de nombreux comités consultatifs et conseils d’administration au Canada et à l’étranger, et elle s’est vu décerner de nombreuses distinctions nationales et internationales. Elle est membre de l’Ordre du Canada, de l’Académie des sciences de la Société royale du Canada et de l’American Academy of Arts and Sciences. Elle est aussi chevalière de l’Ordre national du Québec et de l’ordre national du Mérite de la République française. En outre, elle est titulaire de doctorats honorifiques qui lui ont été décernés en France et en Finlande.

Mme Nemer a obtenu son doctorat en chimie à l’Université McGill. Avant son arrivée à l’Université d’Ottawa, elle a été professeure de pharmacologie à l’Université de Montréal et directrice de l’unité de génétique cardiaque à l’Institut de recherches cliniques de Montréal.

Ajouter un commentaire

Règles de participation

Nous avons hâte de recevoir vos commentaires. Vos idées et vos commentaires sont essentiels au développement du portail du gouvernement ouvert et de l’approche du gouvernement du Canada en matière de gouvernement ouvert.

Même si les commentaires sont modérés, le portail ne censurera aucun commentaire sauf dans les quelques cas précis énoncés ci-dessous. Les comptes des personnes qui ne respectent pas ces règles pourraient être désactivés de façon temporaire ou permanente.

Commentaires et interaction

Notre équipe lira les commentaires et participera aux discussions lorsque ce sera approprié. Vos commentaires et contributions doivent être pertinents et respectueux.

Notre équipe ne s’engagera pas dans les questions partisanes ou politiques et ne répondra pas aux questions qui enfreignent ces modalités.

Notre équipe se réserve le droit de supprimer des commentaires et des contributions, et de bloquer des utilisateurs en fonction des critères ci-dessous :

Les commentaires ou les contributions seront supprimés s'ils :

  • contiennent des renseignements personnels, ou des renseignements protégés ou classifiés du gouvernement du Canada, ou portent atteinte à la propriété intellectuelle ou à un droit de propriété;
  • ne respectent pas les principes de la Charte canadienne des droits et libertés, Loi constitutionnelle de 1982;
  • communiquent des messages racistes, haineux, sexistes, homophobes ou diffamatoires, ou contiennent du matériel obscène ou pornographique ou y font allusion;
  • sont menaçants, violents, intimidants ou harcelants;
  • ne respectent pas les lois fédérales, provinciales ou territoriales du Canada;
  • constituent de l'usurpation d'identité, de la publicité ou un pourriel;
  • encouragent ou incitent toute activité illégale ou criminelle;
  • sont rédigés dans une autre langue que le français ou l'anglais;
  • constituent une violation de cet avis de quelque autre manière que ce soit.

Notre équipe ne peut s’engager à répondre à chaque message ou commentaire qui est publié, mais nous participerons aux conversations lorsque cela est possible. Veuillez prendre note que les réponses seront fournies dans la langue d’origine du commentaire.

Notre équipe répondra aux commentaires dans la langue officielle dans laquelle ils sont affichés. Il se peut que nous répondions dans les deux langues officielles lorsque nous estimons que la réponse présente de l'intérêt pour le grand public.

Commentaires

Soumis par Tiberius Brast… le mar 12/02/2019 - 21:46

Open science is fore and foremost **participatory** science. This means that in order to boost scientific activity and innovation in Canada we need to go beyond the institution. Open science is not just about widening public access to academic institutions, for public involvement in scientific activity, and it is not just about improving access to scientific "products" (such as data, information and knowledge). Open/participatory is about recognizing the crowd/public as an important actor in science and innovation, on par with industries. It is recognizing that we need to go beyond private-public partnerships to include the organized crowd as a third pillar. The role of academic institutions needs to be revised. They are losing their monopoly on education and certification of technical skills, but also on scientific discovery and application of new scientific ideas and theories. Thus open science needs to be considered from a non-institutional point of view, one that considers all the important stakeholders on an equal stand: the academic coalition (traditional academic institutions that are undergoing structural transformations), the entrepreneurial coalition (the industry), the organized crowd (open source communities, open innovation spaces such as makerspaces, etc.), with the State (Custodian) in the middle to maintain fair game.

Soumis par Jim Till le lun 02/04/2018 - 20:27

Open Access (OA) to the research and scholarly literature is an important aspect of Open Science. Other countries (e.g. The Netherlands and Germany) are taking a more active approach to OA than is Canada.
Date de modification :