Base de données des contenus stomacaux des larves de poissons de la Baie de Conception, Terre-Neuve, Canada

Base de données des contenus stomacaux des larves de poissons de la Baie de Conception, Terre-Neuve, Canada Les données de cette étude proviennent d'un écosystème côtier subarctique (1 000 km2) dans l'Atlantique nord-ouest. Le but des prélèvements était de caractériser les proies des larves d'espèces de poissons importantes présentes dans la baie de la Conception, à Terre-Neuve, Canada. Le plancton a été échantillonné tous les quinze jours de la fin mai à la fin septembre en 1986 et 1987 à trois endroits sur la rive est de la baie de la Conception (47°45′N, 53°00′W). L'ichtyoplancton a été collecté à l'aide d'un filet annulaire de 0,75 m, équipé de nitex de 165 μm et d'un débitmètre General Oceanics, remorqué à une profondeur de 5 à 10 m à une vitesse de 0,3 à 0,5 m s-1 pendant 10 minutes. Des échantillons de zooplancton ont été obtenus à l'aide d'un filet annulaire similaire équipé de nitex de 64 µm qui a été remorqué le long du même transect immédiatement après l'échantillonnage d'ichtyoplancton. Les échantillons ont été conservés dans du formaldéhyde tamponné à 4%. L'échantillonnage du zooplancton ne fournit pas une bonne approximation de la densité des proies potentielles < 65 μm), mais une analyse post-hoc a révélé que cette catégorie de taille de proies représentait une très petite fraction de toutes les proies trouvées dans les intestins des larves de poisson de cette base de données. (~ 2 %). Il est important de noter que l'échantillonnage au filet n'a pas fourni d'estimations précises de l'abondance des protistes qui peuvent être des proies importantes pour certaines larves de poisson au cours des premiers stades de développement, bien que très peu aient été trouvés dans le contenu de l'estomac lors de cette étude, probablement en raison de la préservation au formaldéhyde. Toutes les larves de poisson ont été triées et identifiées au niveau taxonomique le plus bas possible, et la longueur standard des individus a été mesurée au millimètre près à l'aide d'un micromètre oculaire. Des sous-échantillons de larves de 11 espèces dominantes de poissons ont été prélevés pour analyse de l'estomac (Clupea harengus (Clupeidae), Mallotus villosus (Osmeridae), Gadus morhua (Gadidae), Hippoglossoides platessoides (Pleuronectidae), Myzopsetta ferruginea (Pleuronectidae), Glyptocephalus cynoglossus (Pleuronectidae), Pseudopleuronectes americanus (Pleuronectidae), Tautogolabrus adspersus (Labridae), Stichaeus punctatus (Stichaeidae), Ulvaria subbifurcata (Stichaeidae), Liparis spp.(Liparidae)). Les spécimens individuels utilisés pour l'analyse de l'estomac ont été sélectionnés pour garantir que les observations d'alimentation de chaque espèce s'étendaient sur toute la période de leur présence saisonnière. Pour chaque individu, la longueur du maxillaire (ou de la mâchoire, là où le maxillaire ne s'était pas formé) a été mesurée à 10 µm près, et le tube digestif a été retiré et séparé à l'aide de fines aiguilles à dissection. La présence ou l'absence d'un sac vitellin et l'état de digestion du contenu de l'estomac ont été notés. Les échantillons de zooplancton (non rapportés ici) ont été traités en éliminant les grands organismes ne contribuant pas au régime alimentaire des larves de poisson (c'est-à-dire les poissons, les méduses, les ptéropodes et les amphipodes) et en les tamisant à travers un maillage de 64 μm, en les mettant en suspension dans un bécher calibré et en sous-échantillonnant avec une pipette Hensen-Stempel pour compter au moins 500 organismes. Les animaux ont été identifiés au niveau et au stade taxonomiques les plus bas possibles et la largeur du corps de cinq individus de chaque espèce et stade de vie a été mesurée à 5 μm près. Pour les animaux à croissance continue ou ne pouvant être identifiés à une espèce, la largeur de chaque individu a été mesurée à 10 µm près. Le contenu de l'estomac a été identifié au stade taxonomique et biologique le plus bas possible. Au total, 17 209 proies ont été dénombrées et identifiées, allant de 482 à 4 989 (médiane = 1 067) par espèce de poisson. Si le spécimen n'était pas identifiable ou si une espèce a une croissance continue, la largeur du spécimen a été mesurée à 10 μm près. Sinon, la largeur a été estimée à partir des sous-échantillons des taxons et des stades identifiés à partir des échantillons de zooplancton décrits ci-dessus, afin d'éviter les distorsions causées par la digestion partielle. Des analyses de ces données ont été publiées par Pepin et Penney (1997), Pepin et Penney (2000) et Pepin (2022). References Pepin, P. 2022. Feeding by larval fish: How taxonomy, body length, mouth size, and behaviour contribute to differences among individuals and species from a coastal ecosystem. Ices Journal of Marine Science, 80: 91-106. 10.1093/icesjms/fsac215 Pepin, P., and Penney, R. W. 1997. Patterns of prey size and taxonomic composition in larval fish: Are there general size-dependent models? Journal of Fish Biology, 51 (Supplemental A): 84-100. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1095-8649.1997.tb06094.x Pepin, P., and Penney, R. W. 2000. Feeding by a larval fish community: Impact on zooplankton. Marine Ecology Progress Series, 204: 199-212. https://www.int-res.com/articles/meps/204/m204p213.pdf 2023-12-06 Pêches et Océans Canada pierre.pepin@dfo-mpo.gc.ca Nature et environnementSciences et technologieBiologiePêcheries DataDictionary-DictionnaireDonnées.csvCSV https://api-proxy.edh.azure.cloud.dfo-mpo.gc.ca/catalogue/records/c981aac9-d8e8-459d-88b3-8b2880845e2b/attachments/DataDictionary-DictionnaireDonn%C3%A9es.csv Larval Fish Stomach Data Database - EN.csvCSV https://api-proxy.edh.azure.cloud.dfo-mpo.gc.ca/catalogue/records/c981aac9-d8e8-459d-88b3-8b2880845e2b/attachments/Larval%20Fish%20Stomach%20Data%20Database%20-%20EN.csv Base de données des contenus stomacaux des larves de poissons - FR.csvCSV https://api-proxy.edh.azure.cloud.dfo-mpo.gc.ca/catalogue/records/c981aac9-d8e8-459d-88b3-8b2880845e2b/attachments/Base%20de%20donn%C3%A9es%20des%20contenus%20stomacaux%20des%20larves%20de%20poissons%20-%20FR.csv

Les données de cette étude proviennent d'un écosystème côtier subarctique (1 000 km2) dans l'Atlantique nord-ouest. Le but des prélèvements était de caractériser les proies des larves d'espèces de poissons importantes présentes dans la baie de la Conception, à Terre-Neuve, Canada.

Le plancton a été échantillonné tous les quinze jours de la fin mai à la fin septembre en 1986 et 1987 à trois endroits sur la rive est de la baie de la Conception (47°45′N, 53°00′W). L'ichtyoplancton a été collecté à l'aide d'un filet annulaire de 0,75 m, équipé de nitex de 165 μm et d'un débitmètre General Oceanics, remorqué à une profondeur de 5 à 10 m à une vitesse de 0,3 à 0,5 m s-1 pendant 10 minutes. Des échantillons de zooplancton ont été obtenus à l'aide d'un filet annulaire similaire équipé de nitex de 64 µm qui a été remorqué le long du même transect immédiatement après l'échantillonnage d'ichtyoplancton. Les échantillons ont été conservés dans du formaldéhyde tamponné à 4%. L'échantillonnage du zooplancton ne fournit pas une bonne approximation de la densité des proies potentielles < 65 μm), mais une analyse post-hoc a révélé que cette catégorie de taille de proies représentait une très petite fraction de toutes les proies trouvées dans les intestins des larves de poisson de cette base de données. (~ 2 %). Il est important de noter que l'échantillonnage au filet n'a pas fourni d'estimations précises de l'abondance des protistes qui peuvent être des proies importantes pour certaines larves de poisson au cours des premiers stades de développement, bien que très peu aient été trouvés dans le contenu de l'estomac lors de cette étude, probablement en raison de la préservation au formaldéhyde.

Toutes les larves de poisson ont été triées et identifiées au niveau taxonomique le plus bas possible, et la longueur standard des individus a été mesurée au millimètre près à l'aide d'un micromètre oculaire. Des sous-échantillons de larves de 11 espèces dominantes de poissons ont été prélevés pour analyse de l'estomac (Clupea harengus (Clupeidae), Mallotus villosus (Osmeridae), Gadus morhua (Gadidae), Hippoglossoides platessoides (Pleuronectidae), Myzopsetta ferruginea (Pleuronectidae), Glyptocephalus cynoglossus (Pleuronectidae), Pseudopleuronectes americanus (Pleuronectidae), Tautogolabrus adspersus (Labridae), Stichaeus punctatus (Stichaeidae), Ulvaria subbifurcata (Stichaeidae), Liparis spp.(Liparidae)). Les spécimens individuels utilisés pour l'analyse de l'estomac ont été sélectionnés pour garantir que les observations d'alimentation de chaque espèce s'étendaient sur toute la période de leur présence saisonnière. Pour chaque individu, la longueur du maxillaire (ou de la mâchoire, là où le maxillaire ne s'était pas formé) a été mesurée à 10 µm près, et le tube digestif a été retiré et séparé à l'aide de fines aiguilles à dissection. La présence ou l'absence d'un sac vitellin et l'état de digestion du contenu de l'estomac ont été notés.

Les échantillons de zooplancton (non rapportés ici) ont été traités en éliminant les grands organismes ne contribuant pas au régime alimentaire des larves de poisson (c'est-à-dire les poissons, les méduses, les ptéropodes et les amphipodes) et en les tamisant à travers un maillage de 64 μm, en les mettant en suspension dans un bécher calibré et en sous-échantillonnant avec une pipette Hensen-Stempel pour compter au moins 500 organismes. Les animaux ont été identifiés au niveau et au stade taxonomiques les plus bas possibles et la largeur du corps de cinq individus de chaque espèce et stade de vie a été mesurée à 5 μm près. Pour les animaux à croissance continue ou ne pouvant être identifiés à une espèce, la largeur de chaque individu a été mesurée à 10 µm près. Le contenu de l'estomac a été identifié au stade taxonomique et biologique le plus bas possible. Au total, 17 209 proies ont été dénombrées et identifiées, allant de 482 à 4 989 (médiane = 1 067) par espèce de poisson. Si le spécimen n'était pas identifiable ou si une espèce a une croissance continue, la largeur du spécimen a été mesurée à 10 μm près. Sinon, la largeur a été estimée à partir des sous-échantillons des taxons et des stades identifiés à partir des échantillons de zooplancton décrits ci-dessus, afin d'éviter les distorsions causées par la digestion partielle.

Des analyses de ces données ont été publiées par Pepin et Penney (1997), Pepin et Penney (2000) et Pepin (2022).

References Pepin, P. 2022. Feeding by larval fish: How taxonomy, body length, mouth size, and behaviour contribute to differences among individuals and species from a coastal ecosystem. Ices Journal of Marine Science, 80: 91-106. 10.1093/icesjms/fsac215

Pepin, P., and Penney, R. W. 1997. Patterns of prey size and taxonomic composition in larval fish: Are there general size-dependent models? Journal of Fish Biology, 51 (Supplemental A): 84-100. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1095-8649.1997.tb06094.x

Pepin, P., and Penney, R. W. 2000. Feeding by a larval fish community: Impact on zooplankton. Marine Ecology Progress Series, 204: 199-212. https://www.int-res.com/articles/meps/204/m204p213.pdf

Données et ressources

Coordonnées

Zone administrative: Terre-Neuve-et-Labrador

Code postal: A1C 5X1

Pays: Canada (le)

Adresse de courrier électronique: pierre.pepin@dfo-mpo.gc.ca

Dossiers similaires