Glace littorale – Île-du-Prince-Édouard

Glace littorale – Île-du-Prince-Édouard Le substratum rocheux de grès et les plages sablonneuses dynamiques (naturellement en mouvement) de l'Île du Prince-Édouard sont très sensibles aux effets de l'élévation du niveau de la mer. La côte nord du parc national de l’Î.-P.-É. est exposée au golfe du Saint-Laurent, ȧ de grosses vagues ainsi qu'aux marées de tempête. Au moyen du suivi de la glace littorale, il est possible d'évaluer le degré de protection des côtes du parc national de l’Î.-P.-É. contre l'érosion durant les mois d'hiver. On s'attend à ce que la combinaison de facteurs comme l'élévation du niveau de la mer, l'intensité accrue des tempêtes et les hautes vagues entraîne des inondations plus fréquentes, la perte d'infrastructures et l'augmentation de l'érosion dans les zones côtières. Grâce au suivi de la glace de mer littorale, nous pouvons prévoir les effets des changements climatiques sur la morphologie côtière. Avant la saison des glaces de 2013-2014, des mesures ont été prises sur le terrain pour calculer l'indice de protection total de la glace littorale, en se fondant sur le nombre de semaines où la glace littorale était présente et l'étendue de la couverture de glace le long de la côte, entre le 15 décembre et le 15 avril. À partir de décembre 2013, la méthode des photographies ȧ intervalle a été adoptée pour mesurer la glace littorale et le nombre de jours de présence du complexe de glaces. Les données sur la présence de glace obtenues au moyen d'un suivi hebdomadaire avant la saison des glaces de 2013-2014 ont été converties en registres quotidiens en se fondant sur les données et les observations hebdomadaires sur le terrain (c.-ȧ-d. l'abondance de glace) afin de permettre l'établissement de comparaisons entre ces données et celles plus récentes obtenues au moyen des photographies ȧ intervalle. Ces données servent ȧ déterminer si le nombre de jours où on observe la présence de glace littorale le long de la côte du parc national de l'Île du Prince-Édouard se situe ȧ l'intérieur de la plage historique attendue, et si ce nombre est demeuré stable au fil du temps. 2020-03-12 Parcs Canada Paul.giroux@canada.ca Nature et environnementParc national de l’Î.-P.-É.littoralglacechangement climatiqueérosionphotographie à intervalle Glace littorale – Île-du-Prince-ÉdouardCSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/EQcHxPbJLAFMmurV7DLhovABlGp9QePo4IreZ-mTWnvv2A?e=CewaKR

Le substratum rocheux de grès et les plages sablonneuses dynamiques (naturellement en mouvement) de l'Île du Prince-Édouard sont très sensibles aux effets de l'élévation du niveau de la mer. La côte nord du parc national de l’Î.-P.-É. est exposée au golfe du Saint-Laurent, ȧ de grosses vagues ainsi qu'aux marées de tempête. Au moyen du suivi de la glace littorale, il est possible d'évaluer le degré de protection des côtes du parc national de l’Î.-P.-É. contre l'érosion durant les mois d'hiver. On s'attend à ce que la combinaison de facteurs comme l'élévation du niveau de la mer, l'intensité accrue des tempêtes et les hautes vagues entraîne des inondations plus fréquentes, la perte d'infrastructures et l'augmentation de l'érosion dans les zones côtières. Grâce au suivi de la glace de mer littorale, nous pouvons prévoir les effets des changements climatiques sur la morphologie côtière. Avant la saison des glaces de 2013-2014, des mesures ont été prises sur le terrain pour calculer l'indice de protection total de la glace littorale, en se fondant sur le nombre de semaines où la glace littorale était présente et l'étendue de la couverture de glace le long de la côte, entre le 15 décembre et le 15 avril. À partir de décembre 2013, la méthode des photographies ȧ intervalle a été adoptée pour mesurer la glace littorale et le nombre de jours de présence du complexe de glaces. Les données sur la présence de glace obtenues au moyen d'un suivi hebdomadaire avant la saison des glaces de 2013-2014 ont été converties en registres quotidiens en se fondant sur les données et les observations hebdomadaires sur le terrain (c.-ȧ-d. l'abondance de glace) afin de permettre l'établissement de comparaisons entre ces données et celles plus récentes obtenues au moyen des photographies ȧ intervalle. Ces données servent ȧ déterminer si le nombre de jours où on observe la présence de glace littorale le long de la côte du parc national de l'Île du Prince-Édouard se situe ȧ l'intérieur de la plage historique attendue, et si ce nombre est demeuré stable au fil du temps.

Données et ressources

Renseignements géographiques

Nom de la région géographique:

Île-du-Prince-Édouard
Dossiers similaires