Cartes de l’arrière-pays (1630-1870)

Cartes de l’arrière-pays (1630-1870) La 3e édition de l’Atlas du Canada (1957) contient une planche composée d’une série de reproductions de cartes historiques redessinées. Les trois premières cartes portent sur la partie orientale de l’arrière-pays, la première présentant les travaux de Champlain, premier grand explorateur du Canada. Son œuvre a été poursuivie jusqu'aux Grands Lacs, souvent par des missionnaires comme Dollier et Galinée, et relevée plus tard par Franquelin, premier grand compilateur de cartes au Canada. Les trois prochaines cartes décrivent l’intérieur occidental, dont les premières esquisses géographiques reposaient presque uniquement sur des conjectures. Cette situation ressort sur les cartes combinées de Delisle (partie ouest) et de Buache (partie est, y compris le carton). Néanmoins, graduellement, à mesure que les compagnies de la traite des fourrures élargissaient leur exploitation, les notions se précisent sur les régions comprises entre la baie d'Hudson, les montagnes Rocheuses et la mer de Beaufort, comme l'illustre la carte de Pond datant de 1787. Plus tard, les connaissances géographiques de la Cordillère elle-même devaient s'étendre jusqu'à la côte du Pacifique. La carte de 1814 produite par le grand arpenteur et pionnier David Thompson offre une reproduction fidèle de l'Ouest. À l'époque de la Confédération, les territoires qui constituent aujourd’hui le Canada ont été cartographiés d'un océan à l'autre, bien qu’il ait fallu combiner deux cartes de l'époque étudiée pour donner une juste idée de cette réalisation. Tandis que le contour général du Canada était dressé, les régions colonisées faisaient l’objet de levés topographiques détaillés, comme en font foi les deux dernières cartes sur cette planche. La carte de Delabat fait partie du « Plan du cours de la rivière du Dauphin », et du fort du Port Royal à la Cadië, soit l'étendue entourant Annapolis Royal et la rivière Annapolis d’aujourd'hui (Nouvelle-Écosse). La carte de Duberger fait partie du Plan de la ville et des fortifications de Québec. 2022-03-14 Ressources naturelles Canada geoinfo@nrcan.gc.ca Gouvernement et vie politiqueNature et environnementarchivescolonisationhistoirepatrimoinerecherche historique Télécharger le fichier en format JPG Anglais via HTTPJPG https://ftp.geogratis.gc.ca/pub/nrcan_rncan/raster/atlas_3_ed/eng/historical/003.jpg Télécharger le fichier en format PDF Anglais via HTTPPDF https://ftp.geogratis.gc.ca/pub/nrcan_rncan/raster/atlas_3_ed/eng/historical/003.pdf Télécharger le fichier en format JPG français via HTTPJPG https://ftp.geogratis.gc.ca/pub/nrcan_rncan/raster/atlas_3_ed/fra/historical/003.jpg Télécharger le fichier en format PDF français via HTTPPDF https://ftp.geogratis.gc.ca/pub/nrcan_rncan/raster/atlas_3_ed/fra/historical/003.pdf

La 3e édition de l’Atlas du Canada (1957) contient une planche composée d’une série de reproductions de cartes historiques redessinées. Les trois premières cartes portent sur la partie orientale de l’arrière-pays, la première présentant les travaux de Champlain, premier grand explorateur du Canada. Son œuvre a été poursuivie jusqu'aux Grands Lacs, souvent par des missionnaires comme Dollier et Galinée, et relevée plus tard par Franquelin, premier grand compilateur de cartes au Canada. Les trois prochaines cartes décrivent l’intérieur occidental, dont les premières esquisses géographiques reposaient presque uniquement sur des conjectures. Cette situation ressort sur les cartes combinées de Delisle (partie ouest) et de Buache (partie est, y compris le carton). Néanmoins, graduellement, à mesure que les compagnies de la traite des fourrures élargissaient leur exploitation, les notions se précisent sur les régions comprises entre la baie d'Hudson, les montagnes Rocheuses et la mer de Beaufort, comme l'illustre la carte de Pond datant de 1787. Plus tard, les connaissances géographiques de la Cordillère elle-même devaient s'étendre jusqu'à la côte du Pacifique. La carte de 1814 produite par le grand arpenteur et pionnier David Thompson offre une reproduction fidèle de l'Ouest. À l'époque de la Confédération, les territoires qui constituent aujourd’hui le Canada ont été cartographiés d'un océan à l'autre, bien qu’il ait fallu combiner deux cartes de l'époque étudiée pour donner une juste idée de cette réalisation. Tandis que le contour général du Canada était dressé, les régions colonisées faisaient l’objet de levés topographiques détaillés, comme en font foi les deux dernières cartes sur cette planche. La carte de Delabat fait partie du « Plan du cours de la rivière du Dauphin », et du fort du Port Royal à la Cadië, soit l'étendue entourant Annapolis Royal et la rivière Annapolis d’aujourd'hui (Nouvelle-Écosse). La carte de Duberger fait partie du Plan de la ville et des fortifications de Québec.

Données et ressources

Renseignements géographiques

Élément spatial
Dossiers similaires