Répartition du varech sur la côte de la Colombie-Britannique d’après les données sources du SHC (1904 à 2004)

Répartition du varech sur la côte de la Colombie-Britannique d’après les données sources du SHC (1904 à 2004) Les caractéristiques du varech ont été tirées de feuilles de levé sur le terrain numérisées produites par le Service hydrographique du Canada (SHC). La zone couverte par cet ensemble de données englobe divers secteurs qui ont fait l’objet de levés le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord, dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique. Le SHC détient une vaste collection de données liées aux levés hydrographiques effectués sur une période de 100 plus ans au Canada. Ces données sont présentées sous forme de minutes hydrographique. Elles ont été recueillies à l’aide d’un large éventail de méthodes et de systèmes, que ce soit au moyen de ralingues ou de systèmes multitransducteurs et multifaisceaux modernes. Les positions ont été établies au fil des ans à l’aide de différents types de systèmes et de méthodes terrestres, et plus récemment à l’aide de systèmes de positionnement par satellite dernier cri. Les minutes hydrographique qui n’avaient pas été numérisées précédemment ont été importées dans ESRI ArcMap et géoréférencées directement dans le Système géodésique mondial 1984 (WGS84) en fonction des normes et des principes de géoréférencement du SHC (cartes.gc.ca). En vue de minimiser les erreurs, on a utilisé un hiérarchie des points de contrôle allant de « points de contrôle d’ordre supérieur de levé » à « comparaison d’entités rocheuses stables » indiquées dans les images satellite Le résultat du géoréférencement a ensuite été validé en fonction de l’imagerie satellite, des cartes et des minutes hydrographique du SHC, de la laisse de haute mer du Pacifique (cartes.gc.ca) et des feuilles de terrain adjacentes et chevauchantes. Finalement, les caractéristiques du varech ont été numérisées, et les renseignements cartographiques correspondants (catégorie de varech, la source, échelle,année de création, commentaires) ont été ajoutés à titre d’attributs de chaque caractéristique. Lors de la numérisation des caractéristiques du varech, les points ont été placés sur le centre optique de la caractéristique numérisée. Cet ensemble de données comprend un point et une couche de polygones. Le varech qui est situé sur terre est historiquement valide. La représentation du varech n’indique pas une position exacte, mais elle indique la présence de varech dans les environs. Le signe conventionnel n’est qu’un indicateur. Le champ d’attribut du varech ne fait pas de distinction entre les différents types de varechs. Le champ comporte trois variables : « varech », « algue » et «Plantes aquatiques ». Le nom « algue » est celui qu’on attribue généralement aux plantes marines de la classe des algues qui poussent sous forme de longs rubans étroits (International Maritime Dictionary, 2e édition). Le varech est une algue brune (de l’ordre des Laminariales) habituellement assez large qui rappelle la forme d’une lame ou peut s’apparenter à une vigne (Dictionnaire de l’OHI S-32, 5e édition, 2611). Plantes aquatiques – Les plantes aquatiques sont utilisées pour représenter la végétation dans l’eau douce des rivières et fleuves. Englobe géographiquement le varech qu’on trouve dans les eaux des régions côtières de l’ouest de l’Amérique du Nord (principalement en eaux canadiennes) et chevauche ou poursuit de façon chronologique les données obtenues auprès de l’Amirauté britannique. 2020-12-09 Pêches et Océans Canada CHSDataCentre.XPAC@dfo-mpo.gc.ca FormatNature et environnementSciences et technologiePlante aquatiqueÉcosystème aquatique Répartition du varech sur la côte de la Colombie-Britannique d’après les données sources du SHC (1904 à 2004)SHP https://pacgis01.dfo-mpo.gc.ca/FGPPublic/BC_Kelp_Distribution/BC_kelp_distribution_from_CHS_Source_Data.zip dictionnaire de donnéesDOCX https://pacgis01.dfo-mpo.gc.ca/FGPPublic/BC_Kelp_Distribution/BC_kelp_distribution_from_CHS_Source_data-dictionary.docx Aire de répartition historique des forêts de varech sur la côte de la Colombie Britannique: 1858-1956ESRI REST https://gisp.dfo-mpo.gc.ca/arcgis/rest/services/FGP/Distribution_of_Kelp_on_the_Coast_of_British_Columbia_1904_2004/MapServer Répartition du varech sur la côte de la Colombie-Britannique d’après les données sources du SHC (1904 à 2004)ESRI REST https://gisp.dfo-mpo.gc.ca/arcgis/rest/services/FGP/Distribution_of_Kelp_on_the_Coast_of_British_Columbia_1904_2004/MapServer

Les caractéristiques du varech ont été tirées de feuilles de levé sur le terrain numérisées produites par le Service hydrographique du Canada (SHC). La zone couverte par cet ensemble de données englobe divers secteurs qui ont fait l’objet de levés le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord, dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique. Le SHC détient une vaste collection de données liées aux levés hydrographiques effectués sur une période de 100 plus ans au Canada. Ces données sont présentées sous forme de minutes hydrographique. Elles ont été recueillies à l’aide d’un large éventail de méthodes et de systèmes, que ce soit au moyen de ralingues ou de systèmes multitransducteurs et multifaisceaux modernes. Les positions ont été établies au fil des ans à l’aide de différents types de systèmes et de méthodes terrestres, et plus récemment à l’aide de systèmes de positionnement par satellite dernier cri.

Les minutes hydrographique qui n’avaient pas été numérisées précédemment ont été importées dans ESRI ArcMap et géoréférencées directement dans le Système géodésique mondial 1984 (WGS84) en fonction des normes et des principes de géoréférencement du SHC (cartes.gc.ca). En vue de minimiser les erreurs, on a utilisé un hiérarchie des points de contrôle allant de « points de contrôle d’ordre supérieur de levé » à « comparaison d’entités rocheuses stables » indiquées dans les images satellite

Le résultat du géoréférencement a ensuite été validé en fonction de l’imagerie satellite, des cartes et des minutes hydrographique du SHC, de la laisse de haute mer du Pacifique (cartes.gc.ca) et des feuilles de terrain adjacentes et chevauchantes. Finalement, les caractéristiques du varech ont été numérisées, et les renseignements cartographiques correspondants (catégorie de varech, la source,

échelle,année de création, commentaires) ont été ajoutés à titre d’attributs de chaque caractéristique. Lors de la numérisation des caractéristiques du varech, les points ont été placés sur le centre optique de la caractéristique numérisée. Cet ensemble de données comprend un point et une couche de polygones. Le varech qui est situé sur terre est historiquement valide.

La représentation du varech n’indique pas une position exacte, mais elle indique la présence de varech dans les environs. Le signe conventionnel n’est qu’un indicateur.

Le champ d’attribut du varech ne fait pas de distinction entre les différents types de varechs. Le champ comporte trois variables : « varech », « algue » et «Plantes aquatiques ». Le nom « algue » est celui qu’on attribue généralement aux plantes marines de la classe des algues qui poussent sous forme de longs rubans étroits (International Maritime Dictionary, 2e édition).

Le varech est une algue brune (de l’ordre des Laminariales) habituellement assez large qui rappelle la forme d’une lame ou peut s’apparenter à une vigne (Dictionnaire de l’OHI S-32, 5e édition, 2611).

Plantes aquatiques – Les plantes aquatiques sont utilisées pour représenter la végétation dans l’eau douce des rivières et fleuves.

Englobe géographiquement le varech qu’on trouve dans les eaux des régions côtières de l’ouest de l’Amérique du Nord (principalement en eaux canadiennes) et chevauche ou poursuit de façon chronologique les données obtenues auprès de l’Amirauté britannique.

Afficher la carte

Données et ressources

Renseignements géographiques

Élément spatial

Coordonnées

Adresse de courrier électronique: CHSDataCentre.XPAC@dfo-mpo.gc.ca

Dossiers similaires