La phénologie des plantes - Quttinirpaaq

La phénologie des plantes - Quttinirpaaq Les changements climatiques, plus particulièrement les changements dans les températures printanières et du moment de la fonte des neiges, peuvent avoir des répercussions sur la phénologie des plantes de l’Arctique. Les changements dans la phénologie des plantes peuvent perturber les interactions plante-pollinisateur et la disponibilité des nutriments pour les herbivores, si ces animaux ne réagissent pas de la même façon aux changements climatiques. Des activités de surveillance sont en cours dans le parc national Quttinirpaaq, près du fjord Tanquary pour étudier la phénologie de deux espèces de plantes de la toundra, la dryade à feuilles entières (Dryas integrifolia) et la saxifrage à feuilles opposées (Saxifraga oppositifolia). Cette recherche est fondée sur le protocole utilisé sur les sites de l’expérience internationale sur la toundra [International Tundra Experiment (ITEX)]. Environ à tous les trois jours, 25 plantes (ou parcelles de plantes selon la taille de la plante) de chaque espèce qui ont été sélectionnées au hasard la première année du programme de surveillance et qui sont remplacées au besoin (p.ex. les plantes qui meurent ou sont détruites sous l’effet du piétinement), sont dénombrées pour leurs bourgeons, leurs fleurs et les fleurs qui ont atteint leur maturité (c.-à-d. tous les pétales sont tombés ou fanés). La surveillance commence après l’ouverture du camp (habituellement au début juin) et se poursuit jusqu’à qu’au dernier stade phénologique de la floraison de toutes les fleurs. La moyenne du nombre de jours du pic de la floraison de chaque plante (fondée sur le dénombrement des fleurs) est calculée pour déterminer le jour annuel moyen du pic de la floraison, qui sert à déterminer si des changements se produisent dans la phénologie de la floraison de la dryade à feuilles entières et de la saxifrage à feuilles opposées, au fil du temps. Le jour annuel moyen du pic de la floraison n’a pas été calculé durant les années où le pic de la floraison a été manqué (à cause d’un début tardif) ou durant les années où deux jours de surveillance ou plus ont été manqués aux environs de la période du pic de la floraison. Le protocole de surveillance a été mis à jour en 2016 pour aider les observateurs à faire la distinction entre les phénophases et pour veiller à ce qu’ils aient la même compréhension des limites des plantes/parcelles de plantes tout au long de la saison de surveillance. 2020-06-10 Parcs Canada Maryse.mahy@canada.ca Nature et environnementParc national Quttinirpaaqphénologieplantes arctiquesdryade à feuilles entièresDryas integrifoliasaxifrage à feuilles opposéesSaxifraga oppositifoliale pic de la floraisonchangements climatiquesîle d’Ellesmerefjord Tanquary La phénologie des plantes - Quttinirpaaq - Données sur la phénologie de la floraison - 1CSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/ETZBJp08jYhHuhKToveY-1IB-IiDE2QOX_Xar1UwpucByQ La phénologie des plantes - Quttinirpaaq - Données sur le jour annuel moyen du pic de la floraison - 2CSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/ERS9aM780JtDklU5MMrzPIEBfsbn63OLi6VOz8K-fsYqEA

Les changements climatiques, plus particulièrement les changements dans les températures printanières et du moment de la fonte des neiges, peuvent avoir des répercussions sur la phénologie des plantes de l’Arctique. Les changements dans la phénologie des plantes peuvent perturber les interactions plante-pollinisateur et la disponibilité des nutriments pour les herbivores, si ces animaux ne réagissent pas de la même façon aux changements climatiques. Des activités de surveillance sont en cours dans le parc national Quttinirpaaq, près du fjord Tanquary pour étudier la phénologie de deux espèces de plantes de la toundra, la dryade à feuilles entières (Dryas integrifolia) et la saxifrage à feuilles opposées (Saxifraga oppositifolia). Cette recherche est fondée sur le protocole utilisé sur les sites de l’expérience internationale sur la toundra [International Tundra Experiment (ITEX)]. Environ à tous les trois jours, 25 plantes (ou parcelles de plantes selon la taille de la plante) de chaque espèce qui ont été sélectionnées au hasard la première année du programme de surveillance et qui sont remplacées au besoin (p.ex. les plantes qui meurent ou sont détruites sous l’effet du piétinement), sont dénombrées pour leurs bourgeons, leurs fleurs et les fleurs qui ont atteint leur maturité (c.-à-d. tous les pétales sont tombés ou fanés). La surveillance commence après l’ouverture du camp (habituellement au début juin) et se poursuit jusqu’à qu’au dernier stade phénologique de la floraison de toutes les fleurs. La moyenne du nombre de jours du pic de la floraison de chaque plante (fondée sur le dénombrement des fleurs) est calculée pour déterminer le jour annuel moyen du pic de la floraison, qui sert à déterminer si des changements se produisent dans la phénologie de la floraison de la dryade à feuilles entières et de la saxifrage à feuilles opposées, au fil du temps. Le jour annuel moyen du pic de la floraison n’a pas été calculé durant les années où le pic de la floraison a été manqué (à cause d’un début tardif) ou durant les années où deux jours de surveillance ou plus ont été manqués aux environs de la période du pic de la floraison. Le protocole de surveillance a été mis à jour en 2016 pour aider les observateurs à faire la distinction entre les phénophases et pour veiller à ce qu’ils aient la même compréhension des limites des plantes/parcelles de plantes tout au long de la saison de surveillance.

Données et ressources

Renseignements géographiques

Nom de la région géographique:

Nunavut
Dossiers similaires