Remise en état des terres naturelles pour les propriétés d'exploration minérale et les mines de placers au Yukon

Natural Land Reclamation for Mineral Exploration Properties & Placer Mines in Yukon The Canadian Environmental Assessment Act legislates that development activities requiring federal permits be assessed through environmental screening, and environmental impacts mitigated with existing technology. The implementation of Mining Land Use Regulations on mineral claims in Yukon will require routine environmental impact assessment within a permitting system. A database of known environmental impacts related to mineral exploration and placer mining will thus make the screening process more efficient. This particular project focuses on three different mining districts of Yukon, and provides information on soil, overburden, vegetation, slope stability, and permafrost conditions on disturbed and undisturbed surfaces related to mineral exploration and placer mining. Disturbances included in this study consist of trenches (dating from 1912 to 1993), drill pads (dating from 1967 to 1993), ripped and compacted surfaces associated with roads and camps, and placer mine highwalls and tailings piles (dating from 1911 to 1993). Observations include detailed vegetation description(tree, tall shrubs, low shrub, dwarf shrub, herb, graminoid, and mosses and lichens layers), soil texture and basic chemistry, slope, height, width and age of the trenches, elevation, aspect and latitude of the site, and description of any active processes such as slope erosion, permafrost degradation, failure, sheet erosion and gullying. The preferred sites and rates of natural revegetation by pioneer species were related to disturbance characteristics, such as trench orientation, surface compaction, and presence or absence of permafrost. Recommendations on site abandonment and treatment were formulated using analysis of the above data. Factors most important to the natural revegetation of sites were identified as elevation (alpine versus subalpine), at least 20 centimetres of soil with at least 20% fine-grained matrix, and stable slopes with angles of 45 degrees or less. Trench design, mixture of organic matter with the surface material, aspect and slope position of the disturbance are significant factors, but of lesser importance. Placer mined sites located in fine-grained, organic and ice-rich sites were found to reclaim both cuts and tailings successfully within five to ten years. The least intrusive approach to site reclamation is to abandon disturbances in a state such that natural colonization could take place within a few years, and the site re-integrated to its ecosystem within a reasonable period of time. However, in some cases, slopes will not reach stable profile without the help of surface vegetation. More aggressive revegetation procedures may then be required (contouring and/or seeding), especially when dealing with high alpine sites. A revegetation strategy should take into consideration the local ecosystem and plant succession. Species imported to the area should facilitate, not eliminate, the re-entry of local pioneer forb, grass and shrubs species. A program designed to test the optimum conditions for site abandonment could provide further information on physical requirement for physical design of abandoned features and possible seed/fertilizer mixtures in alpine and subalpine areas. 2021-11-02 Gouvernement du Yukon geology@gov.yk.ca Sciences et technologie Bulletinother https://data.geology.gov.yk.ca/reference/42004 Bulletinother https://data.geology.gov.yk.ca/reference/42004 Original metadata (https://open.yukon.ca)HTML https://open.yukon.ca/data/datasets/natural-land-reclamation-mineral-exploration-properties-placer-mines-yukon

La Loi canadienne sur l'évaluation environnementale stipule que les activités de développement nécessitant un permis fédéral doivent être évaluées au moyen d'un examen environnemental et que les impacts environnementaux sont atténués par la technologie existante. La mise en œuvre du Règlement sur l'utilisation des terres minières sur les claims miniers au Yukon nécessitera une évaluation régulière des impacts environnementaux dans le cadre d'un système de délivrance de permis. Une base de données des impacts environnementaux connus liés à l'exploration minérale et à l'extraction de placers rendra ainsi le processus de criblage plus efficace. Ce projet se concentre sur trois districts miniers différents du Yukon et fournit des renseignements sur le sol, les morts-terrains, la végétation, la stabilité des talus et les conditions du pergélisol sur les surfaces perturbées et non perturbées liées à l'exploration minérale et à l'exploitation de placers. Les perturbations incluses dans cette étude se composent de tranchées (datant de 1912 à 1993), de plates-formes de forage (datant de 1967 à 1993), de surfaces déchirées et compactées associées aux routes et aux camps, ainsi que de hauts murs de mines de placers et de tas de résidus (datant de 1911 à 1993). Les observations comprennent une description détaillée de la végétation (arbres, grands arbustes, arbustes bas, arbustes nains, herbacées, graminoïdes, mousses et lichens), la texture du sol et la chimie de base, la pente, la hauteur, la largeur et l'âge des tranchées, l'altitude, l'aspect et la latitude du site, ainsi que la description de tout processus actif tel que comme l'érosion des talus, la dégradation du pergélisol, la rupture, l'érosion des nappes et le ravin. Les sites préférés et les taux de végétation naturelle par les espèces pionnières étaient liés à des caractéristiques de perturbation, telles que l'orientation des tranchées, la compaction de surface et la présence ou l'absence de pergélisol. Les recommandations concernant l'abandon du site et le traitement ont été formulées à partir de l'analyse des données ci-dessus. Les facteurs les plus importants pour la revégétalisation naturelle des sites ont été identifiés comme l'altitude (alpine versus subalpine), au moins 20 centimètres de sol avec une matrice à grains fins d'au moins 20 % et des pentes stables avec des angles de 45 degrés ou moins. La conception de la tranchée, le mélange de matière organique avec le matériau de surface, l'aspect et la position de la pente de la perturbation sont des facteurs importants, mais de moindre importance. Les sites minés de placers situés dans des sites à grains fins, organiques et riches en glace ont réussi à récupérer les coupes et les résidus miniers en cinq à dix ans. L'approche la moins intrusive pour la remise en état du site consiste à abandonner les perturbations dans un état tel que la colonisation naturelle puisse avoir lieu en quelques années et que le site puisse être réintégré à son écosystème dans un délai raisonnable. Cependant, dans certains cas, les pentes n'atteindront pas un profil stable sans l'aide de la végétation de surface. Des procédures de végétalisation plus agressives peuvent alors s'avérer nécessaires (contournage et/ou ensemencement), en particulier lorsqu'il s'agit de sites de haute montagne. Une stratégie de revégétalisation doit tenir compte de l'écosystème local et de la succession végétale. Les espèces importées dans la région devraient faciliter, et non éliminer, la rentrée des espèces pionnières locales de graminées, d'herbes et d'arbustes. Un programme conçu pour tester les conditions optimales d'abandon du site pourrait fournir des informations supplémentaires sur les exigences physiques pour la conception physique des éléments abandonnés et des mélanges de semences/engrais possibles dans les zones alpines et subalpines.

Données et ressources

Coordonnées

Adresse de courrier électronique: geology@gov.yk.ca

Dossiers similaires