Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton

Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton Quoi? Un relevé aérien de la population faunique est utilisé au parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton pour évaluer la densité de la population d’orignaux (Alces alces). Quand? Cette mesure fait l’objet d’un suivi tous les deux ou trois ans. Les relevés sont effectués au début du mois de mars, lorsque le manteau neigeux est présent, que le temps est stable et la visibilité accrue par l’angle solaire et la durée du jour. Comment? Les relevés de population utilisent un plan stratifié aléatoire. La zone d’étude est le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton (950 km2) et elle est subdivisée en unités d’échantillonnage (UE) ou « blocs ». Les unités d’échantillonnage sont numérotées séquentiellement en rangées allant d’ouest en est, en commençant par le nord. Les lignes de stratification se déploient le long des transects qui traversent le point central de chaque unité d’échantillonnage, et l’on a recours à l’analyse typologique pour attribuer à toutes les unités d’échantillonnage une strate de densité de l’orignal : élevée, moyenne ou faible. Les unités d’échantillonnage sont choisies au hasard dans chaque strate qui doit être utilisée dans l’échantillonage des blocs. On choisit d’abord 50 unités d’échantillonnage (35 à faible densité, 10 à intensité moyenne et 5 à densité élevée) en ajoutant au besoin d’autres unités d’échantillonnage pour obtenir une évaluation de la population avec un intervalle de confiance de 90 %. Pourquoi? Les orignaux sont les plus gros herbivores du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Bénéficiant de conditions favorables à la suite d’une éclosion de la tordeuse des bourgeons de l’épinette et, n’ayant aucun prédateur nature d’importance, la population d’orignaux est devenue hyperabondante, ce qui a eu des répercussions négatives sur l’écosystème forestier du parc. Ce relevé aide à surveiller les changements de densité de la population d’orignaux dans le parc et détermine si celle-ci se trouve à un niveau viable (c.-à-d. dans la gamme naturelle de variabilité observée dans les populations controlées par les prédateurs). 2019-05-31 Parcs Canada robert.howey@pc.gc.ca Nature et environnementParc national des Hautes-Terres-du-Cap-BretonSanté des forêtsOrignal (Alces alces)StratificationPopulationRelevé aérien Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton - données de stratification - 1CSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/EdLqQMfu-nZHqLqooOEJPPoBj0lpMOAS-LRpCR92XqXeXA Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton - données standard - 2CSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/EfnYqJ_jMOZNk2hYMZX7BroBXLN1sE5BUm9A4QoM5vAhCQ Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton - données intensive - 3CSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/EZvo7VmG4GBNkRjofV5IZNQBPb1zLvWCWuUOVLnQumY1Ug Abondance de l’orignal – Hautes-Terres-du-Cap-Breton- dictionnaire de donnéesCSV https://124gc.sharepoint.com/:x:/s/external/_layouts/15/download.aspx/Ebh4TDfuiCpDsQ3JugfI01YB61QgmumUBTl3eHI13URaxw

Quoi? Un relevé aérien de la population faunique est utilisé au parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton pour évaluer la densité de la population d’orignaux (Alces alces). Quand? Cette mesure fait l’objet d’un suivi tous les deux ou trois ans. Les relevés sont effectués au début du mois de mars, lorsque le manteau neigeux est présent, que le temps est stable et la visibilité accrue par l’angle solaire et la durée du jour. Comment? Les relevés de population utilisent un plan stratifié aléatoire. La zone d’étude est le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton (950 km2) et elle est subdivisée en unités d’échantillonnage (UE) ou « blocs ». Les unités d’échantillonnage sont numérotées séquentiellement en rangées allant d’ouest en est, en commençant par le nord. Les lignes de stratification se déploient le long des transects qui traversent le point central de chaque unité d’échantillonnage, et l’on a recours à l’analyse typologique pour attribuer à toutes les unités d’échantillonnage une strate de densité de l’orignal : élevée, moyenne ou faible. Les unités d’échantillonnage sont choisies au hasard dans chaque strate qui doit être utilisée dans l’échantillonage des blocs. On choisit d’abord 50 unités d’échantillonnage (35 à faible densité, 10 à intensité moyenne et 5 à densité élevée) en ajoutant au besoin d’autres unités d’échantillonnage pour obtenir une évaluation de la population avec un intervalle de confiance de 90 %. Pourquoi? Les orignaux sont les plus gros herbivores du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Bénéficiant de conditions favorables à la suite d’une éclosion de la tordeuse des bourgeons de l’épinette et, n’ayant aucun prédateur nature d’importance, la population d’orignaux est devenue hyperabondante, ce qui a eu des répercussions négatives sur l’écosystème forestier du parc. Ce relevé aide à surveiller les changements de densité de la population d’orignaux dans le parc et détermine si celle-ci se trouve à un niveau viable (c.-à-d. dans la gamme naturelle de variabilité observée dans les populations controlées par les prédateurs).

Données et ressources

Renseignements géographiques

Nom de la région géographique:

Nouvelle-Écosse
Dossiers similaires