Rapport d’auto-évaluation à mi-parcours Engagement 18 : Appuyer les initiatives d’ouverture et de transparence dans le monde entier

Situation générale

Selon le calendrier

Ministères responsables : Affaires mondiales Canada, le Centre de recherche sur le développement international, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Autres intervenants participants : Partenariat pour un gouvernement ouvert, Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA), Global Open Data for Agriculture and Nutrition (GODAN), Données ouvertes pour le développement (OD4D) et réseaux connexes
Période de déclaration : Mi-parcours (du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017)

Description de l’engagement

Quel problème public l’engagement permettra-t-il de régler?

Les citoyens de tous les pays peuvent profiter socialement aussi bien qu’économiquement du gouvernement ouvert, peu importe leur identité ou leur lieu de résidence, mais il est souvent difficile pour les pays en développement d’accéder aux ressources numériques de pointe ou d’appuyer les programmes de formation ou de sensibilisation professionnelles qui peuvent habiliter les initiatives de gouvernement ouvert. Pour veiller à ce que le mouvement mondial du gouvernement ouvert ne se limite pas aux gouvernements les plus riches ou les plus avancés sur le plan de la technologie, le Canada continue d’appuyer l’échange de connaissances entre pairs et les efforts déployés en matière de renforcement de la capacité.

Quel est l’engagement?

Le gouvernement du Canada collaborera avec les partenaires internationaux pour accroître la transparence du financement du développement international et pour échanger des compétences et des connaissances avec les pays en voie de développement afin de veiller à ce que chacun puisse tirer les avantages du gouvernement ouvert.

Comment l’engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?

En vertu des deux premiers plans d’action du Canada, on a pris des mesures pour assurer une plus grande transparence et une meilleure qualité des données sur l’aide internationale du Canada. Le Canada a collaboré avec ses partenaires dans le réseau de l’Initiative des données ouvertes pour le développement (OD4D) afin de renforcer la capacité d’initiatives relatives au gouvernement ouvert ambitieuses à travers le monde, afin que les citoyens puissent en profiter pleinement. En élargissant ces initiatives et en adoptant de nouveaux rôles en matière de leadership pour appuyer des organisations comme le Partenariat pour un gouvernement ouvert et l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide, le Canada peut faire en sorte que les citoyens du monde entier aient accès aux données du gouvernement et à des possibilités de participer aux affaires publiques. Il pourra également faciliter la mise en œuvre du Programme de 2030 et de ses objectifs liés au développement durable.

Pertinence par rapport aux valeurs du PGO

Cet engagement est lié aux valeurs de transparence et de reddition de comptes du PGO.

État d’avancement

Produits livrables indiqués dans le Plan d’action

  1. Adopter la déclaration conjointe intitulée Joint Declaration on Open Government for the Implementation of the 2030 Agenda for Sustainable Development (PDF, 36 Ko) (en anglais seulement) (Déclaration conjointe sur le gouvernement ouvert pour la mise en œuvre du Programme de développement durable de 2030) du Partenariat pour un gouvernement ouvert, et tirer parti de la participation du Canada au PGO pour appuyer les engagements de la déclaration.
  2. Miser sur le rôle du Canada comme président de l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA) pour appuyer les pratiques exemplaires internationales en matière de transparence de l’aide et une plus grande opérabilité entre les normes de données (p. ex., l’aide, l’approvisionnement public, les comptes publics, les identificateurs de sociétés) pour permettre une plus grande responsabilisation et améliorer l’efficacité des fonds de développement.
  3. Fournir une formation et l’apprentissage par les pairs à près de 500 chefs de file des données ouvertes au gouvernement et dans la société civile de pays en voie de développement, offrir de l’assistance technique à au moins 10 pays en voie de développement, accroître la qualité et l’ambition de leurs politiques sur les données ouvertes, et évaluer l’incidence des activités de renforcement de la capacité sur les collectivités.
  4. Collaborer avec des organisations et des partenaires internationaux dans les pays en voie de développement afin de procéder à la mise en œuvre de projets de données ouvertes novateurs ayant un effet sur la lutte contre la corruption, la gouvernance locale, la santé et l’éducation.
  5. Pour appuyer le rôle du Canada comme partenaire de l’Initiative mondiale des données ouvertes pour l’agriculture et la nutrition (GODAN) :
    • accroître le montant de données réutilisables et de grande valeur sur l’agriculture et la nutrition à la disposition des Canadiens et des Canadiennes en formats ouverts en vertu de la licence ouverte du gouvernement du Canada;
    • participer à la planification du sommet GODAN en septembre 2016 afin d’appuyer le programme mondial pour l’ouverture des données sur l’agriculture et la nutrition dans le monde entier.

Résultats escomptés

Les gouvernements et les organisations de la société civile de partout dans le monde auront les connaissances, les outils et l’expertise nécessaires pour appuyer un plus grand accès public aux données et à l’information ouvertes, particulièrement en ce qui concerne la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Description des résultats

  1. Le Canada est un chef de file mondial qui a été vocal, visible et actif en ce qui concerne les questions liées au gouvernement ouvert – et particulièrement dans le PGO – depuis un certain nombre d’années. Le Canada s’est joint au PGO pour la première fois en 2012 et est un membre en règle depuis cette date. On a récemment demandé au Canada de se joindre au comité directeur du Partenariat pour un gouvernement ouvert et il est devenu officiellement membre du comité directeur à l’automne 2017. Le Canada continuera de faire la promotion des liens importants entre le PGO et le Programme de développement durable de 2030, en se penchant sur les façons dont le PGO peut aider les pays à respecter leurs engagements à mettre en œuvre efficacement les objectifs de développement durable et à en rendre compte. Outre les principes de la Joint Declaration on Open Government for the Implementation of the 2030 Agenda for Sustainable Development, le Canada a adopté d’autres initiatives gouvernementales fondées sur les principes. Il a d’ailleurs joué un rôle de premier plan dans la Charte internationale sur les données ouvertes. Le Canada demeure engagé à l’égard des principes de la Joint Declaration et il cherchera à veiller à ce que tous les progrès réalisés par rapport à la mise en œuvre des objectifs de développement durable à l’échelle nationale et internationale soient appuyés par une mobilisation utile des intervenants au gouvernement et à l’extérieur de ce dernier. Il garantira aussi que ces progrès sont présentés au public en vue de garantir une reddition de comptes renforcée et une plus grande ouverture.
  2. Dans le cadre du Sommet mondial sur l’action humanitaire, les signataires de la grande entente ont convenu d’adopter la norme de l’IITA pour accroître la transparence (Istanbul, mai 2016). Le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement a adopté la norme de l’IITA en tant que norme de données ouvertes pour la coopération au service du développement dans le document sur les résultats de sa deuxième réunion de haut niveau (Nairobi, décembre 2016).

    Plusieurs membres se sont joints à l’IITA, y compris la France, l’Italie, la République du Mali, l’Organisation mondiale de la Santé, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

    L’IITA a organisé une réunion du Groupe de travail technique en Tanzanie (mars 2017), où il a été question des besoins des intervenants (y compris les représentants du gouvernement, de la société civile et des médias) des pays partenaires en vue d’améliorer la norme et les outils liés aux données de l’IITA. Depuis, des améliorations ont été apportées au D-portal.org.

    Affaires mondiales Canada a lancé une nouvelle Banque de projets qui permet d’accéder à ses données de l’IITA dans une interface bilingue.

  3. Le programme Données ouvertes pour le développement (DOD) a livré une formation à plus de 700 fonctionnaires et membres de la société civile au cours de l’année 2016. Cette formation a entre autres été livrée par l’intermédiaire du réseau des chefs de file des données ouvertes, de boursiers d’écoles de données, de séances à l’intention de la société civile, offerte par l’intermédiaire de bourses de recherche intégrées aux données ouvertes.

    Des carrefours régionaux de Données ouvertes pour le développement ont offert une aide technique à plus de sept gouvernements en 2016, y compris ceux de l’Albanie et du Costa Rica.

  4. En 2016, DOD a appuyé 19 plateformes et applications offrant le potentiel de gonfler considérablement l’incidence dans les pays en développement. À titre d’exemple d’innovations appuyées par DOD, notons le Edo AgriHub au Nigéria, un projet qui comprend la cartographie de fermes et de produits actuels afin de créer un répertoire de données d’agriculteurs qui éclaireront la prise de décisions au gouvernement, ainsi que le projet PiMaa, qui s’employait à construire des capteurs environnementaux locaux et durables pour Kampala, en Ouganda.

    Le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada et le Centre de recherches pour le développement international ont aussi collaboré avec d’autres intendants principaux de la Charte sur les données ouvertes en vue de concevoir et de lancer des guides « d’ouverture », qui appuient une ouverture et une transparence accrues dans des secteurs comme l’agriculture, la lutte contre la corruption et le climat. Ces guides « d’ouverture » offrent une aide pratique aux gouvernements qui souhaitent utiliser des données ouvertes pour appuyer des résultats sectoriels; ils comprennent de l’information comme des cas d’utilisation, des méthodologies et des normes relatives aux données pertinentes.

  5. Agriculture et Agroalimentaire Canada a publié 58 nouveaux jeux de données dans le Portail du gouvernement ouvert depuis le 1er novembre 2016.

    DOD a offert un soutien à GODAN et à l’Institut des données ouvertes en vue de lancer le  Agriculture Open Data Package, dont il a aussi appuyé la traduction en français.

    DOD a offert un soutien à la planification du Sommet GODAN en 2016 et il a organisé des consultations sur la Trousse d’outils sur les données ouvertes pour l’Agriculture.

    Agriculture et Agroalimentaire Canada et DOD ont tous les deux participé au Sommet GODAN et représenté les points de vue canadiens sur les données ouvertes pour l’agriculture à cette occasion.

Prochaines étapes d’ici juin 2018

  1. En tant que nouveau membre du comité directeur du PGO, le Canada agira à titre de défenseurs des valeurs fondamentales du PGO liées à l’ouverture, à la transparence, à la responsabilisation et à la participation. Nous viserons à émuler ces valeurs dans le cadre de nos travaux. Nous chercherons à veiller à ce que les efforts mondiaux liés au gouvernement ouvert appuient une inclusion plus importante des personnes marginalisées ou sous-représentées et, plus particulièrement, nous amplifierons la voix des femmes et des filles, qui demeurent de manière critique dans les milieux les plus importants de pouvoir et d’influence publics. Nous renforcerons également la détermination mondiale de repérer rigoureusement les résultats concrets de leurs efforts et nous encouragerons les gouvernements de discuter à la fois de leurs réalisations et de leurs difficultés quant à l’exécution du gouvernement ouvert.
  2. Accroître l’accès aux outils et aux directives afin d’aider les partenaires à publier et à utiliser des données de l’IITA, en portant une attention particulière aux besoins des utilisateurs francophones.

    Prendre des mesures initiales en vue d’harmoniser les exigences relatives à la transparence de l’aide parmi les organismes donateurs.

    Appuyer les efforts déployés en matière de coordination de l’aide et de reddition de comptes en Afrique, par la mise en œuvre de la nouvelle Politique d’aide internationale féministe du Canada.

    Améliorer encore plus les données de l’IITA publiées par Affaires mondiales Canada, particulièrement en ce qui concerne les résultats de projet.

  3. Le secrétariat de l’IITA et DOD participeront à la conférence africaine sur les données ouvertes (Ghana, juillet 2017). L’IITA et l’Institut des données ouvertes offriront une formation aux éditeurs et aux utilisateurs de données.

    Par l’intermédiaire de l’Institut des données ouvertes, DOD offrira une formation aux gouvernements et mettra sur pied un réseau de pairs formés de dirigeants gouvernementaux africains.

    Les activités de renforcement des capacités de DOD se poursuivront et se concentreront davantage sur les pays à faible revenu. En Haïti, nous collaborerons étroitement avec les femmes en vue de perfectionner leurs compétences en données aux fins d’emploi.

    Outre les réseaux de pairs en Amérique latine et en Europe de l’Est, DOD contribuera à mettre en place un réseau régional de pairs en Afrique, qui appuiera au moins 10 pays d’Afrique par l’offre de formation et d’aide technique.

  4. La première conférence africaine francophone sur les données ouvertes a donné lieu à un plan d’action qui présentait des priorités; l’innovation sera appuyée par le nouveau carrefour de DOD pour la région.

    DOD offrira en priorité un soutien pour l’innovation en vue d’assurer l’égalité des sexes et la transformation des sexes. À titre d’exemple, en Amérique latine, nous collaborerons avec l’Organisation des États Américains et les gouvernements de la région en vue de contribuer à prévenir et à éliminer la violence faite aux femmes, ce qui déclenchera des mesures visant à collecter des données fiables sur la violence familiale et les homicides commis à l’endroit des femmes.

  5. Agriculture et Agroalimentaire Canada continuera de publier des données sur l’agriculture et l’alimentation de grande valeur et réutilisable au portail des données ouvertes.

    Il établira également un partenariat avec GODAN en vue d’organiser une séance portant sur l’échange de données entre un agriculteur et des scientifiques lors d’une conférence de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture à l’automne 2017.

Niveau d’achèvement

  1. Important
  2. Important
  3. Important
  4. Important
  5. Important

Renseignements supplémentaires

Par l’intermédiaire de DOD, le Centre de recherches pour le développement international a co-animé la Conférence internationale sur les données ouvertes (en anglais seulement) en octobre 2016 et des activités préalables de renforcement des capacités, y compris dans le cadre du Sommet des leaders des données ouvertes (en anglais seulement), le deuxième Symposium sur la recherche en données ouvertes (en anglais seulement) et la School of Data (en anglais seulement).

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.
Date de modification :