Principes numériques

Suivre :

26 Octobre 2017

Note aux lecteurs

Nous vous remercions de vos commentaires et les analysons. Restez à l’affût d’un court résumé au début de 2018.

Nous élaborons actuellement un ensemble de principes pour guider la conception numérique au sein du gouvernement du Canada. Ces principes structureront la façon dont nous abordons la gestion de nos renseignements et de nos technologies ainsi que la prestation des services. Nous nous sommes basés sur les pratiques exemplaires à l’échelle internationale et nous cherchons de la rétroaction. Du 26 octobre au 8 decembre, vous aurez l’occasion de commenter notre ébauche des différents principes, soit en écrivant un commentaire dans le champ prévu au bas de ce blogue, soit en envoyant un courriel à open-ouvert@tbs-sct.gc.ca. Les commentaires reçus seront résumés et inclus dans un rapport « Ce que nous avons entendu » qui sera publié sur cette page.

Le gouvernement change. Et de façon majeure.

Le monde se transforme. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère numérique, le gouvernement doit s’ajuster afin de répondre aux attentes changeantes des utilisateurs. Mais que signifie « numérique » de toute façon? Être numérique est plus grand que la somme de ses parties. Une organisation numérique en est une qui fleurit à l’ère numérique et continue de répondre aux attentes des utilisateurs.

Il s’agit de placer les utilisateurs en premier, de gérer les données et les renseignements, de veiller à ce que les renseignements des personnes soient sécuritaires et protégés, d’être ouverts et transparents dans la façon dont nous nous comportons et, bien sûr, d’utiliser la meilleure technologie afin d’appuyer le tout. Les personnes que nous servons sont au centre de tout ce que nous faisons. Absolument toutce que le gouvernement fait, il le fait pour la population. Alors que nous élaborons de nouveaux services et examinons ceux qui existent déjà, nous nous concentrons d’abord et avant tout sur les besoins des gens. Cela ne comprend pas seulement les services transactionnels, mais aussi la façon dont les personnes trouvent et utilisent les renseignements et les données.

Comment un gouvernement entreprend-il une transformation numérique d’envergure? On peut commencer par définir un ensemble de principes directeurs qui offrent une compréhension commune de ce à quoi ressemble une bonne conception numérique. Ils préparent la voie pour tout ce qui vient après, le fondement sur lequel la croissance peut se produire. Ils offrent de l’orientation pour la prise de décisions et nous aident à rendre explicites les concepts que nous allons privilégier au moment d’élaborer des services et de choisir des technologies.

Mais pourquoi commencer du début? La prémisse d’« ouverture » est de réutiliser, et les principes directeurs n’y font pas exception. D’autres gouvernements ont déjà fait un travail fantastique pour définir leurs principes et redéfinir la façon dont ils servent leur population. Par exemple, nous avons observé le Royaume-Uni (GDS), les États-Unis (USDS), l’Australie (AusDTO) et, un peu plus près de chez nous, la province de l’Ontario (Services numériques de l’Ontario). Nous aimons la façon dont ces groupes se sont rassemblé et ont ouvert grand les portes pour redéfinir leurs modèles de service du haut vers le bas. Il faut du courage. Nous avons emprunté ce qu’il y avait de meilleur, mais nous y avons ajouté une touche canadienne.

Premier jet

Nous partageons avec vous une première ébauche de nos principes numériques dans sa version brute et non filtrée, en espérant que vous nous aiderez à l’améliorer. Quoique nous devons reconnaître que ces principes ne seront jamais coulés dans le béton, mais évolueront avec le temps en fonction des changements de contexte, nous avons hâte de recevoir votre rétroaction afin de pouvoir aller de l’avant avec une version que nous pourrons mettre en pratique.

  1. Comprendre les utilisateurs et leurs besoins

    Commencer avec les besoins des utilisateurs et ensuite construire pour eux et avec eux. Mener des essais continus avec les utilisateurs. Faire le travail difficile afin qu’ils ne soient pas obligés de le faire.

  2. Effectuer constamment des itérations et des améliorations

    Conception agile au moyen des phases alpha, bêta et réelles. Effectuer des essais de bout en bout et apporter sans cesse des améliorations en réponse à la rétroaction des utilisateurs. Faire des essais le plus tôt et le plus souvent possible.

  3. Bâtir la bonne équipe

    Mettre sur pied et habiliter des équipes multidisciplinaires, en établissant des liens entre stratégie et exécution.

  4. Favoriser une culture axée sur le service

    Diriger une équipe et mettre en œuvre une culture ministérielle axée sur les utilisateurs.

  5. Travailler dans un environnement ouvert

    Échanger et collaborer dans un environnement ouvert, élaborer des plans pour faire en sorte que les données sont ouvertes dès le début.

  6. Intégrer, de façon équilibrée, la sécurité et la protection des renseignements dès le début

    Considérer le contexte opérationnel. Gérer les risques.

  7. Créer de façon ouverte et interopérable

    Considérer également les sources libres. Utiliser des normes ouvertes. Créer de façon interopérable et songer à ce qui peut être réutilisé.

  8. Utiliser les bons outils pour le travail

    Utiliser les solutions et les plateformes gouvernementales communes. Construire l’informatique en nuage d’abord.

  9. Concevoir et fournir des services transparents et éthiques

    Faire preuve d’ouverture et de transparence dans l’utilisation des systèmes automatisés et respecter les lignes directrices en matière d’éthique.

  10. Être inclusif et offrir du soutien pour ceux qui en ont besoin

    Favoriser un environnement inclusif, les langues officielles et l’accessibilité dans la conception.

  11. Connaître vos données

    Gérer les données conformément aux normes. Mettre en œuvre des outils analytiques et utiliser les données recueillies.

  12. Être responsable envers les Canadiens

    Définir les paramètres du rendement axé sur les utilisateurs. Publier des données en temps réel.

  13. Établir des partenariats ouverts et innovateurs

    Reconnaître qu’une organisation ne peut pas avoir toutes les meilleures idées. Créer des partenariats et collaborer.

  14. Dépenser l’argent judicieusement

    Signer des contrats de façon sensée et respecter les normes d’approvisionnement.

  15. Faire l’essai des services avec le sous-ministre ou le ministre

    Faire l’essai de tous les services destinés au public avec le sous-ministre ou le ministre responsable.

Dites-nous ce que vous pensez

Alors que je réfléchis à ces immenses changements qui se sont produits ces dernières décennies, partant d’une carte perforée de programmation dans les années 70 à l’« Internet des objets », je me questionne sur ce que les 30 prochaines années nous réservent.

Je suis certaine d’une chose : c’est que le gouvernement devrait faire partie de cette aventure avec nous et nous appuyer alors que nous vieillissons et que le numérique transforme notre façon de vivre, de travailler et de jouer. Donc, dans l’esprit de la collaboration et de l’ouverture, nous voulons vous entendre. C’est votre pays. C’est votre gouvernement. Dites-nous comment vous voulez voir le gouvernement passer à l’ère numérique en offrant votre rétroaction sur nos principes, soit en remplissant la boîte de commentaires plus bas ou en envoyant un courriel à open-ouvert@tbs-sct.gc.ca.

Merci,

Teresa D’Andrea

Responsable principale de la Stratégie relative aux services
Division du service et du gouvernement ouvert
Direction du dirigeant principal de l’information
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

La communication de l’information demandée sur ce formulaire n’est pas obligatoire. L’information est recueillie dans le but de répondre à votre demande de renseignements ou à vos commentaires et d’améliorer notre ensemble de produits et de services en ligne. Les renseignements personnels que vous fournissez sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, une loi fédérale. Veuillez ne pas inclure de renseignements personnels à caractère délicat dans le message, comme votre numéro d’assurance sociale, des renseignements financiers personnels et vos antécédents médicaux ou professionnels.

 
Lisez la Déclaration sur la protection des renseignements personnels du présent site Web.

La collecte et l’utilisation de vos renseignements personnels sont autorisées en vertu de l’article 7 de la Loi sur la gestion des finances publiques. La collecte et l’utilisation de vos renseignements personnels pour donnees.gc.ca se feront conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels, une loi fédérale. Vos renseignements personnels sont utilisés pour répondre à vos demandes de renseignements, s’il y a lieu, et peuvent être utilisés pour évaluer l’efficacité du programme quand vient le temps de répondre aux besoins des clients. Dans des circonstances exceptionnelles (p. ex., enquête sur les pirates informatiques ou sur les personnes qui font des menaces ou des remarques méprisantes, etc.), des renseignements personnels peuvent être communiqués sans votre consentement aux termes du paragraphe 8(2) de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Tous les renseignements personnels qui peuvent être recueillis sont décrits dans le fichier de renseignements personnels ordinaire intitulé Communications publiques (POU 914), qui se trouve dans la publication Info Source du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (SCT). Les renseignements personnels recueillis seront conservés par le SCT pendant une période de 18 mois seulement après l’achèvement de l’activité, après quoi tous les renseignements d’identification seront supprimés.

En vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, vous avez le droit de demander l’accès à vos renseignements personnels et de les modifier si vous en avez fourni. Notez toutefois que, pour exercer l’un ou l’autre de ces droits, vous devez présenter une demande d’accès à vos renseignements personnels avant la fin de la période de conservation. Pour obtenir de plus amples renseignements sur votre droit d’accès, s’il vous plaît lire À propos du programme d’accèss à l’information.

Si vous avez besoin de précisions au sujet de cette déclaration, veuillez communiquer avec le coordonnateur de la protection des renseignements personnels du SCT au 613-957-7154. Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de vos droits en matière de protection des renseignements personnels et de la Loi sur la protection des renseignements personnels, consultez le commissaire à la protection de la vie privée par le site du commissariat à la protection de la vie privée du canada ou au 1-800-282-1376.

While the principles promote the concept, sustainability and continuous evergreening aren't specifically mentioned. Most of the government systems I have worked on in my 20+ years have become obsolete through neglect. Business presses for shiny new toys at the expense of maintaining legacy systems, and all too often sustainability is sacrificed for aggressive delivery schedules.

Hey Open Gov team and fellow TBS colleagues, congratulations on this work. Love seeing drafts in the open and opportunities for all citizens to input. As a federal public servant who has been using digital tools, principles and approaches for the past number of years in various policy files (sharing economy to current work on experimentation), the biggest feedback I would say is that, by default, we are *not* set up to work like this in the GOC. In my mind, digital governance requires, amongst other things of course, *open* access to the internet (ie. unblocking all cloud-based tools and websites) and then trusting your public servants to know what to use when. As you know, the UK and at least parts of the Us federal government operate like this - with excellent resources like the US Apps for Gov site. In the US, the GSA and other agencies since them, undertook a systems-wide shift to cloud almost *ten* years ago. They went from e-government initiatives (eg where we are with gcdocs like tools ) to Google Apps for Government integrated with salesforce and a host of other tools. I think if we don’t talk about this elephant in the room. In sum, public servants don’t have access to, don’t feel comfortable using, don’t know if they can, or don’t think they are allowed to use the real-time collaboration tools that are so critical to digital governance. I think we have to talk about this elephant in the room. The Phoenix fiasco is another example of an approach that didn’t take into account probably even one of these digital principles. And are we building any of these into the current patch-up of Phoenix? I don’t get the sense that we are. This leads to my final point - which is how will digital principles be baked-in by default, by policy or directive if you will , so that they become the standard approach to how we do government whether the project manager is a personal fan of digital principles or not?

Great points Sarah - By default suggestions to use cloud solutions or to open information by default are ignored citing the risk of sharing information, we are instead instructed to find internal locked-down tools that have the same-ish functionality of the best software in the world. Further than a policy, there really needs to be a shake-up to shift the mindset. We need to be clear with people that the current model is not working and understand that there are baked in risks of all of the inefficiency that comes with locking down information and using inferior tools.

As part of point 10: Web performance is a part of accessibility. People in remote areas, below the poverty line, or on fixed data plans, often pay proportionally far more for data than city-dwellers, and access the web at much slower rates. Government digital services should be speedy for people on slow connections, send as little data as possible to help mobile users, and embrace the possibility that connections may be interrupted, so users can resume tasks upon reconnection.

Great point. A large part of Google's success as a search engine was due to its clean interface. Even those with fast connections and fast computers appreciate faster page loading and interfaces that "just work".

Date de modification :